Anthony Vanden Borre casse son image sur le plateau de "La Tribune"

"Il aurait dû venir plus tôt !" Cette phrase d’Axel Lawarée résume bien l’impression laissée par Anthony Vanden Borre sur le plateau de la Tribune. Le futur pensionnaire du Tout Puissant Mazembe a cassé son image en venant se confier aux journalistes et consultants de la RTBF. "Cette image dans laquelle il a été enfermé a été le plus gros frein de sa carrière " résume Jean-François Lenvain, directeur de la cellule sociale d’Anderlecht. "Il aurait dû s’ouvrir au monde extérieur. Il s’en fout de ce que les autres pensent. Mais dans ce monde du football il faut travailler son image." renchérit Axel Lawarée.

Anthony Vanden Borre apporte pourtant des explications à son manque d’ouverture. "Je ne fais pas confiance facilement. Je ne fais pas confiance du tout d’ailleurs." Mais tout au long de l’émission, l’international se déride. Et on découvre un homme plein d’humour, guidé uniquement par ses émotions."Je ne pars pas au TP Mazembe pour l’argent. C’est un choix du cœur. Au début j’ai joué pour mon papa, maintenant je vais jouer pour ma maman." Philippe Albert résume le personnage : "Il a beaucoup d’humilité. Il a des qualités nettement au-dessus de la moyenne mais il ne se prend pas au sérieux et il reste simple."

L’ancien Anderlechtois est uniquement animé par l’affect et c’est ce qui le rend attachant. Le choix de son futur numéro est un clin d’œil à son entourage. "On a pris un appartement pour se réunir entre amis au 68. Ce numéro c’est un symbole pour moi."

Sur le terrain, Anthony Vanden Borre est égal à lui-même et joue à l’instinct. Comme lorsqu’il s’est dressé sur le ballon lors de son unique match de Coupe du Monde. "Si je ne monte pas sur le ballon, il ne vient pas me tacler rageusement comme ça. Et cette blessure à la Coupe du Monde a tout changé. Autrement je prends une autre direction." Des regrets ? "J’ai fait des erreurs. Mais si c’était à refaire je le referais." Une réplique qui ravit Stefan Streker : "Tout Anthony est dans cette réponse. C’est quelqu’un de rare."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK