André-Pierre Gignac, devenu légende aux Tigres, là où on ne l’attendait pas

 André-Pierre Gignac et son équipe des Tigres vont affronter le Bayern Munich en finale de la Coupe du monde des clubs, ce jeudi au Qatar. Pion essentiel de l’équipe mexicaine, l’ancien attaquant de Marseille a marqué l’histoire du football mexicain. Retour sur une success-story que personne n’avait vu venir.

Nous sommes le 20 juin 2015 : André-Pierre Gignac surprend le monde du football en signant avec le club mexicain des Tigres UANL. Les médias français sont dubitatifs sur ce choix de carrière. Certains parlent même d’un "enterrement" de sa carrière. À 29 ans, il est vrai que l’attaquant français a encore de beaux restes. Lors de sa dernière saison avec Marseille, Gignac a marqué 21 buts en championnat, soit plus que Cavani et Ibrahimovic. À un an de l’Euro, le choix de l’international français pose question.

Quand Gignac devient une légende au Mexique

Un peu moins de six ans après son arrivée chez les Tigres, le constat est sans appel : le Français a pris la bonne décision en traversant l’Atlantique. Les supporters du club de Monterrey n’ont d’yeux que pour leur attaquant vedette. Dans un pays où le foot est une religion, certains fans des Tigres n’hésitent pas à le considérer comme un "dieu". Tatouages à son effigie, prénoms faisant référence à leur buteur préféré, tout y passe pour soutenir "Dédé".

Une statue le représentant est même en préparation. Elle sera installée aux abords du stage des Tigres. Vénéré par les supporters - ils apprécient sa personnalité humble -, jamais avare quand il s’agit de donner de son temps pour prendre une photo, Gignac a trouvé au Mexique ce qu’il recherchait : un projet sportif ambitieux et une ferveur populaire hors du commun.

Un retour chez les Bleus à un cheveu du graal

Si de nombreux observateurs pensaient que son transfert au Mexique mettait fin à sa carrière en Équipe de France, le buteur français a prouvé le contraire en étant appelé par Didier Deschamps pour l’Euro 2016, sur le sol français comme doublure d’Olivier Giroud. L’histoire aurait même pu être magnifique si Gignac n’avait touché le poteau dans le temps additionnel de la finale. À quelques centimètres près, le buteur de Monterrey serait devenu une légende de l’Équipe de France.

Un palmarès et des chiffres qui parlent pour lui

Il faut dire que le Français a marqué l’histoire de son club et du championnat mexicain. Sous le maillot jaune et bleu, Gignac a remporté quatre titres de champion du Mexique alors que son club n’en avait gagné que trois dans toute son histoire avant son arrivée. Vous avez dit un transfert réussi ? C’est loin d’être fini.

En faisant signer le plus gros salaire du championnat mexicain, les Tigres espéraient que leur nouvel attaquant leur ferait passer un cap sur le plan continental. L’attente fut longue mais l’essai a finalement été transformé. Après une défaite en finale de la Copa Libertadores (2015) et trois défaites en finale de la Ligue des champions de la CONCACAF (2016, 2017 et 2019) : les Tigres ont enfin pu rugir de plaisir en remportant enfin la Ligue des Champions de la CONCACAF grâce au but décisif de… Gignac.

Sous le maillot des Tigres, Gignac a des statistiques absolument exceptionnelles avec 147 buts inscrits et 35 assists délivrés en 246 matchs. Il est tout simplement le meilleur buteur de l’histoire du club et le meilleur buteur européen de l’histoire du championnat mexicain. Cinq fois d’affilée dans l’équipe-type du championnat et meilleur buteur à quatre reprises Gignac est également le premier Européen à décrocher le ballon d’or du meilleur joueur du championnat.

Une soirée pour marquer un peu plus l’histoire

Opposés au Bayern Munich, les Tigres ont déjà marqué l’histoire en devenant le premier club mexicain à rejoindre la finale de la Coupe du monde des clubs. L’équipe de Monterrey comptera une nouvelle fois sur son avant-centre qui les a portés jusque-là en marquant les trois buts de son équipe : deux en quart de finale contre les Coréens de Ulsan Hyundai (2-1) et le seul but de la rencontre en demi-finale face aux Brésiliens de Palmeiras (1-0). Même si la tâche paraît insurmontable, le buteur français pourrait bien porter son équipe sur le toit du monde.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK