Anderlecht : un mercato pour renflouer des comptes dans le rouge

9,8 millions de déficit pour le Standard de Liège. 27 millions pour le Sporting d’Anderlecht. La clôture des comptes de 2019 n’a pas été une partie de plaisir pour deux des plus grands clubs du pays. Si du côté de Sclessin, le choc est moins fort car le bilan ne tient pas compte des transferts réalisés cet été de Djenepo et Marin contre plus de 25 millions d’euros, du côté d’Anderlecht, la situation est plus préoccupante et s’explique par plusieurs raisons évidentes : la non-qualification à une compétition européenne, et les millions que cela rapporte, les licenciements multiples de personnes liées au club qui avaient des contrats solides comme Hein Van Haezebrouck par exemple. Mais le vrai et plus gros problème d’Anderlecht reste la taille de son noyau, démesurément grand.

A l’heure actuelle, ils sont 37 joueurs sous contrat au sein de l’effectif mauve. 37 auxquels s’ajoutent 11 joueurs prêtés mais toujours liés à Anderlecht qui doit, dans certains cas comme celui de Kums, encore payer une partie du salaire du joueur. Cela fait donc un total de 48 joueurs sous contrat avec le Sporting. Un chiffre fou pour une masse salariale énorme. Le club de la capitale doit donc vendre, vite, beaucoup et, de préférence, bien. Dans la presse on évoquait un dégraissage à hauteur de 50%. 24 joueurs seraient priés de s’en aller selon Het Laatste Nieuws. 13 du noyau actuel : Roef, Najar, Sowah, Lutonda, El Kababri, Chipciu, Makarenko, Gerkens, Musona, Saief, Thelin, Trebel et plus étonnant, Saelemakers. Et les 11 joueurs prêtés à savoir Sanneh, Josué Sa, Vranjes, Milic, Lawrence, Delacroix, Kums, Nkaka, Abazaj, Dauda, Dhauholou. Un problème et sa solution confirmés par le CEO des Mauves, Jo Van Biesbroeck à Sporza : "La masse salariale est la principale raison de la perte financière sur les états financiers. Nous ne continuerons pas à travailler avec ce noyau. Nous devons réorganiser notre noyau au cours des prochaines périodes de transferts."

Le problème, c’est que pour l’instant Anderlecht et ses joueurs ne sont plus très attractifs sur le marché des transferts. Tout d’abord et logiquement, suite aux résultats. Ensuite, car certains sont en manque de temps de jeu et d’exposition. Mais aussi car plusieurs possèdent des contrats plus qu’intéressants avec le Sporting. Une cause qui pourrait être imputée à Marc Coucke, spécialiste déjà depuis sa période ostendaise, d’offrir des contrats avec de beaux salaires comme l’explique Jean-Michel De Waele, sociologue du sport à l’Université Libre de Bruxelles : "Marc Coucke semble avoir fait signer des contrats très généreux à certains joueurs. C’était d’ailleurs son habitude à Ostende aussi. Ostende qui a d’ailleurs aussi des problèmes financiers actuellement et en partie pour les mêmes raisons."

La situation est donc un peu délicate pour Anderlecht qui doit vendre pour rééquilibrer ses comptes mais doit soit vendre des joueurs (beaucoup) moins chers que ce qu’ils ne les ont acheté pour pouvoir se défaire du contrat du salaire que le club paye à ce(s) joueur(s). Soit vendre des bons joueurs et de futur talent, à un meilleur prix, pour faire des rentrées directement plus importantes mais attention au cercle vicieux comme l’explique Jean-Michel De Waele : "il faut faire attention à ne pas rentrer dans un engrenage qui fait qu’Anderlecht vend ses meilleurs joueurs, devient moins bon, ne parvient plus à attirer de bons jeunes, ne joue plus l’Europe et entre comme ça dans un déclin que certains clubs européens ont déjà connu."

La situation est donc un peu délicate, c’est certain. Mais elle pourrait rapidement évoluer avec un mercato productif mais aussi avec de meilleurs résultats sportifs. Car même si le projet des mauves demande du temps, l’argent des droits télé est plus élevé quand on participe aux Play-Off 1 et une qualification à une Coupe d’Europe permet de bien renflouer les caisses.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK