Menace d'"attentat à la bombe", Allemagne-Pays-Bas annulé

Le stade de Hanovre
2 images
Le stade de Hanovre - © Twitter - Tom Egbers

Le match entre l'Allemagne et les Pays-Bas qui devait se dérouler à Hanovre, a été annulé en dernière minute, affirment plusieurs médias. La rencontre n'aura pas lieu "pour raisons de sécurité".

"Nous avons eu des indices sérieux selon lesquels un attentat à la bombe était prévu ce soir au stade", a indiqué à la chaîne publique ARD Volker Kluwe, responsable de la police de Hanovre, après avoir évoqué un peu plus tôt une "menace concrète" d'explosion auprès d'une radio locale.

Pas d'explosif trouvé, ni d'interpellation

C'est le ministre de l'intérieur allemand, Thomas de Maiziere, qui a recommandé que le match soit annulé. "C'était une décision très difficile d'annuler la rencontre. Elle a été prise parce que de nombreuses informations indiquaient qu'il y avait une menacé concrète", a répété le ministre allemand au cours d'une conférence de presse qui s'est tenue après 21h30. "Je demande de la compréhension par rapport à cette annulation. Dans cette situation, la sécurité des gens est la priorité". De Maizière a aussi révélé qu'il avait été averti par "des sources étrangères" et qu'"aucune arrestation n'avait encore eu lieu".

Également présent à cette conférence de presse, Boris Pistorius, Ministre des affaires internes de Basse-Saxe, a assuré que "contrairement à ce qui a été dit, aucun explosif n'a été trouvé". Certaines rumeurs évoquaient une ambulance remplie d'explosif.

Peu après 19h00, les spectateurs avaient quitté l'enceinte dans le calme après l'annonce de l'annulation du match pour des "raisons de sécurité" alors non précisées, pendant que la police bouclait la zone dans un rayon de 500 mètres autour du stade.

Selon DW Sports, les forces de l'ordre ont confirmé qu'un "objet suspect" avait été découvert à l'intérieur de la HDI Arena. Aucune précision n'a été donnée quant à la nature de l'objet en question.

Plus tôt dans la soirée un autre "objet suspect" a été trouvé aux alentours du stade. La police avait malgré tout laissé les spectateurs rentrer dans le stade. Avant de finalement procéder à l'évacuation avec ce message "ne restez pas sur place" et "quittez le stade".

Une partie de la gare fermée

Vers 21h, la police a fermé une partie de la gare d'Hanovre où un nouvel objet suspect a été décelé. Les trains et une partie des transports en commun avaient été arrêtés dès le début des événements.

Le coup d'envoi était prévu à 20h45 et la Mannschaft, qui avait déjà passé la nuit au Stade de France après les attentats de vendredi dernier, était en chemin pour le stade mais a été déroutée. Peu après 20h, la sélection néerlandaise était de retour à son hôtel. Elle a ensuite rapidement pris l'avion pour les Pays-Bas. Les joueurs allemands se dirigeaient eux vers leur domicile.

Les Allemands, très éprouvés, avaient finalement maintenu la rencontre face aux Pays-Bas, mais six de leurs cadres dont le capitaine Bastian Schweinsteiger avaient été ménagés.

Le sélectionneur de la Mannschaft Joachim Löw avait refusé dès lundi de répondre à la moindre question sportive, présentant le match comme un "symbole de liberté, de démocratie et de solidarité avec nos amis français".

Angela Merkel ainsi que plusieurs membres du gouvernement avaient annoncé leur présence à Hanovre. "Notre message est clair: nous ne nous laisserons pas enlever notre façon de vivre. Nous ne devons pas accorder aux terroristes la victoire que constituerait l'annulation du match", avait déclaré lundi le ministre de la Justice Heiko Maas.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK