Adil Rami au sujet d'Eden Hazard : "Un jour, il s'est pris une grosse baffe dans le vestiaire"

Adil Rami a accordé à la RTBF une interview. En pleine promotion de son livre Autopsie, le joueur français s’est posé pour revenir sur plusieurs instants de sa carrière. Toujours beau parleur, le champion du monde s’est plongé dans les souvenirs de sa période lilloise, où il a côtoyé un jeune joueur qui s’appelait Eden Hazard. Le Français était, comme beaucoup à l’époque, impressionné par le talent du Belge, mais se rappelle aussi d’une pointe d’insolence qui lui a coûté cher un jour dans le vestiaire. C’est la fameuse anecdote de la baffe donnée par Franck Béria à Hazard.

"Je n’ai pas compris ce qui s’est passé. J’ai entendu une sacrée baffe, je vais dans le vestiaire, je vois Eden avec la joue rouge. Eden ce n’était pas un fouteur de merde, tout le monde l’aimait. A côté, je vois Franck Béria qui était tendu. Puis j’entends qu’Eden avait chambré Béria sur sa coiffure. Problème, la femme de Béria était également présente. Quand Eden a tendu la main pour lui dire bonjour, il a pris un retour de flamme."

>>>>> LIRE AUSSI : Adil Rami : "J'espérais que la Belgique perde contre le Japon parce que c'était la meilleure équipe du tournoi"

"Wouah, quel phénomène !"

Entre-temps, Eden Hazard a réalisé le doublé avec le Lille de Rudi Garcia et a remporté par deux fois le titre de meilleur joueur du championnat. "Quand il est arrivé, on s’est dit " wouah, quel phénomène ! Je me rappelle, à l’un des premiers entraînements, il n’était pas encore titulaire, il a pris le ballon et s’est mis à accélérer. Florent Balmont, Rio Mavuba essayaient de le mettre à terre mais Eden était tellement fort sur ses appuis… Je me suis dit " quel enfoiré, qu’est-ce qu’il est fort ce petit ! " A ce moment-là, on savait qu’il était fort. Pour son premier match, il était rentré contre le PSG et il avait fait un centre coup du foulard. Je me suis vraiment dit qu’il n’avait peur de rien. Puis l’année où on a été champion, je me suis fait chier derrière. Pendant 8 matchs d’affilée, on gagnait toujours 4-0, alors j’essayais de monter et de faire des gestes techniques et des petits ponts, mais avec Eden à côté de moi, c’était difficile de briller."

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK