A Seraing, le football et la sidérurgie restent indissociables

Le Stade du Pairay, l'antre du FC Seraing
Le Stade du Pairay, l'antre du FC Seraing - © PHOTO BELGA

C'est un rendez-vous historique qui attend les joueurs et supporters du FC Seraing. Qualifiés pour les barrages donnant accès à la Pro League, les Sérésiens vont affronter Waasland-Beveren en matches aller-retour. Les métallos, comme on les appelle, ne sont donc plus qu’à 180 minutes d'une (possible) montée en 1ère division. Un sentiment de fierté pour tous les Sérésiens comme l’explique Marc Grosjean, l’entraîneur adjoint : " Les supporters sont vraiment dans tous leurs états parce qu’ils sont à nouveau très fiers de leur équipe. Depuis le nombre d’années qu’ils sont dans l’attente. Ils ont été très souvent déçus. Je ne vais pas rappeler les pages sombres de l’histoire du matricule 17 avec la faillite, le rachat du club par le Standard et la quasi disparition de Seraing. Donc, il y a des tas de personnes qui ont été touchées par cette descente aux enfers et maintenant, entendre parler de leur club comme on en parle aujourd’hui et retrouver Seraing à la une au niveau foot, cela leur procure un énorme sentiment de fierté ".


►►► À lire aussi : Pro League : Seraing croit en ses chances de montée face à Waasland-Beveren

►►► À lire aussi : Seraing 1996 : un gardien à l'assist, un incendie, des serrures brisées, un esprit de corps, un pétard, une faillite… et le Standard


En ce premier mai, Fête du Travail, le FC Seraing pourrait donc poser les premiers jalons d’une remontée en Division Un, 25 ans après l’avoir quittée. Un symbole pour ce club dont l’histoire est étroitement liée à Cockerill et au bassin sidérurgique liégeois : " Seraing, c’est la cokerie et la sidérurgie mais il y a aussi le côté social et multiculturel du bassin liégeois. C’est quelque chose de beau sans oublier le football qui est évidemment un élément rassembleur ".  Impossible donc de dissocier le football de l’activité sidérurgique comme le démontre encore le partenariat conclu en 2013 entre le Président du FC Seraing, Mario Franchi, et son homologue du FC Metz, Bernard…Serin qui n’est autre que le Patron du Groupe John Cockerill. Du temps de la splendeur de la sidérurgie liégeoise, de nombreux supporters, voire des joueurs, travaillaient chez Cockerill. C'est le cas de Daniel Peeters, Un Sérésien pure souche, qui suit le club depuis plus de soixante ans : " Le FC Seraing fait partie de ma vie. J’ai joué au club étant jeune, jusqu’à mes 17 ans et puis j'arrêté quand j’ai commencé à travailler chez Cockerill. J’ai donc bien connu le milieu sidérurgique puisque mes deux grands-pères et mon père y ont travaillé également. Et nous étions tous supporters du club. Ma vie, comme beaucoup d’autres à Seraing, a donc été partagée entre le football et Cockerill. Il y a d'ailleurs pas mal de similitudes entre les deux. C’est un milieu ouvrier, ce qui n'est pas péjoratif, et puis, la sidérurgie a périclité comme le club qui est descendu très bas avant de revenir récemment au premier plan. J’ai tout connu ici au Pairay : la première provinciale, la promotion, la D3, la D2 et puis les deux montées en D1 sans oublier la coupe d’Europe. Une chose est sûre, je suis toujours resté supporter dans les bons comme dans les mauvais moments avec notamment les descentes et surtout l'absorption par le Standard en 1996 ".

Le meilleur reste peut-être à venir pour le FC Seraing avec une éventuelle troisième montée en D1 après celles de 1982 et 1993. Depuis l’arrivée de Mario Franchi et l'apport indéniable de Bernard Serin (avec notamment le prêt de jeunes joueurs du FC Metz), le club des métallos a un peu brûlé les étapes. Il y a un an, Seraing, qui évoluait encore en D1 Amateur, terminait le championnat à la 3ème place. Grâce à l'obtention de la licence pro, le club sérésien a toutefois pu rejoindre la D1B suite aux problèmes financiers de Roulers et de Virton. Si l’objectif initial était le maintien, les rouges et noirs ont réalisé une saison exceptionnelle en décrochant la 2ème place derrière l’Union Saint-Gilloise. Désormais aux portes de l’élite du football belge, les Sérésiens entendent bien saisir leur chance afin de retrouver au plus vite leur lustre d’antan : " Si nous avons le privilège et la chance de ramener ce club en Division 1A, je peux vous assurer que dans quelques mois, à condition que le virus nous laisse enfin tranquille, on retrouvera enfin une animation dans et autour du stade du Pairay. Ce serait en tout cas un fameux boost car nous vivons dans un bassin qui a connu bien des déboires depuis pas mal d'années en raison de la situation économique et du redéploiement industriel. C'est peut-être un peu naïf mais grâce au football, on pourrait retrouver une plus belle joie de vivre à Seraing et c’est le plus important à mes yeux. Franchement, ce serait un bonus formidable même si après il faudra assumer cette montée mais je pense que tous les éléments sont réunis pour vivre quelque chose de fantastique " conclu Marc Grosjean avant cette double confrontation tant attendue entre le FC Seraing et Waasland-Beveren.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK