Mondial 2002, les Diables à la sauce asiatique

A quelques jours du début de la Coupe du Monde, RTBF.be/sport vous propose de revivre une phase finale vécue par nos Diables Rouges. Aujourd'hui: le Mondial 2002.

En lutte pour la première place du groupe 6, la Belgique s'incline au Stade Maksimir de Zagreb lors de la dernière journée. Alen Boksic offre la victoire et la qualification pour le Mondial 2002 à la Croatie. Les Diables de Robert Waseige devront, une nouvelle fois, passer par la case barrages.

C'est la République Tchèque de Poborsky, Nedved et Baros qui se présente sur la route des Diables. La double confrontation tourne à l'avantage des Belges qui gagnent deux fois par le plus petit écart. Gert Verheyen à Bruxelles et Marc Wilmots, déjà, à Prague sont les buteurs belges.

Deux buts splendides et un partage

Le tournoi démarre fort pour notre équipe nationale qui affronte le Japon, co-organisateur, le 4 juin à Saitama. Tout se joue dans la dernière demi-heure.

Wilmots ouvre son compteur but d'une bicyclette. Poussés par plus de 55.000 fans, les Samouraïs se rebiffent. Suzuki et Inamoto renversent la situation avant que Peter van der Heyden ne fixe le score final à 2-2. Le back gauche du Club de Bruges se mue en attaquant et égalise d'un joli lob. Pour la première fois de son histoire le Japon glane un point en phase finale de Coupe du Monde. Les hommes de Philippe Troussier tomberont en huitièmes de finale contre la Turquie, future 3e (0-1).

Accrochés par la Tunisie

La Tunisie, deuxième adversaire des Diables, a été battue par la Russie et n'a donc déjà plus droit à l'erreur. La Belgique presse très en début de match. Et c'est encore Captain Wilmots qui frappe le premier. Le joueur de Schalke 04, qui ne voulait pas jouer ce ce Mondial, conclut un très beau mouvement collectif.

Les Belges relâchent un peu leur concentration et ça se paie cash. Quatre minutes après le but de Willy, Raouf Bouzaiene ramènent les Aigles de Carthage à hauteur. Le coup franc du joueur de la Genoa est somptueux et ne laisse aucune chance à Geert de Vlieger (1-1).

Wilmots envoie les Belges en huitièmes

Avec deux points en deux matches, les Belges doivent absolument gagner contre la Russie pour éviter une deuxième élimination consécutive en phase de groupe.

Johan Walem, le géomètre, indique la voie à suivre d'un maître coup-franc. Bestchastnykh douche l'enthousiasme qui monte en Belgique. Solidaires et unis, les Diables repartent à l'assaut du rectangle russe. Wesley Sonck et Marc Wilmots scellent la qualification belge en quatre minutes. Le but tardif de Sychev n'y change rien. La Belgique passe en huitièmes où l'attend le ... Brésil.

Wilmots se prend la tête face au Brésil

Marc Wilmots dispute sa 4ème Coupe du Monde. Capitaine des Diables Rouges, Willie inscrit 3 buts, le 4ème sera annulé face ... au Brésil par l'arbitre jamaïcain, Peter Prendergast.

L'ancien sélectionneur national n'est pas prêt d'oublier le Brésil dont tout le monde lui parle depuis 12 ans. Il n'en veut toutefois pas au pays de la samba où il se rendra en juin 2014 pour la Coupe du Monde. "Le Brésil ne m'a rien fait, c'est la Jamaïque (rire). Moi, j'aime bien le Brésil" certifie Marc Wilmots.

En 1/8ème de finale, les Diables Rouges affrontent le Brésil, futur lauréat du tournoi.

Willie est dans une forme éblouissante et trompe même Marcos à la 35ème minute. Il est à la réception d'un centre de Verheyen. De la tête, il trouve le chemin des filets. Tout un pays exulte mais la joie est de très courte durée. Le but est annulé par l'arbitre Peter Prendergast. La raison invoquée : une poussée fautive du taureau de Dongelberg sur le défenseur brésilien Roque Santa Cruz. Les images diffusées par les multiples caméras situées autour du terrain ne permettent pas de comprendre la décision du referee.

C'est l'incompréhension, la colère, la déception,... Tous les sentiments se mêlent sur ce but refusé et qui aurait pu permettre aux Diables de mener 1-0 face au Brésil des Cafu, Lucio, Roberto Carlos, Ronaldhino, Rivaldo ou encore Ronaldo. Ce sont ces deux derniers qui vont finalement offrir la victoire à leur pays 2-0 (buts inscrits à la 67ème et la 87ème minute)!

Depuis lors, Peter Prendergast n'a pas changé d'avis. Interrogé par la Gazet van Antwerpen en décembre 2013, il a déclaré : "Il y avait une poussée de Wilmots sur Roque Junior. Peut-être une légère poussée, mais une poussée reste une poussée. Si le cas se représentait à nouveau, je sifflerais une faute".

Il a également souligné que ce jour-là "la Belgique était plus forte que le Brésil". En attendant, les Diables sont rentrés au pays tandis que les Brésiliens battaient l'Allemagne 2-0 en finale le 30 juin 2002 à Yokohama (Japon).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK