Martinez  a opté pour une sélection "fragile" mais soudée et expérimentée

Les enseignements principaux de la sélection de Roberto Martinez
4 images
Les enseignements principaux de la sélection de Roberto Martinez - © BRUNO FAHY - BELGA

Roberto Martinez a donc dévoilé sa liste des 23 Diables rouges pour le Mondial en Russie. Suite à la blessure de Vincent Kompany encourue contre le Portugal en amical et à l'incertitude entourant aussi l'état de santé de Thomas Vermaelen, le coach national a opté pour un "joker médical" en la personne de Laurent Ciman, le 24ème homme de la sélection.

Les 3 principaux enseignements à tirer de cette sélection sont finalement les suivants :

1. La fragilité :

Quand on regarde de près la liste, il apparaît clairement que celle-ci est composée d’une série de joueurs qui ont cruellement manqué de temps de jeu ces derniers mois ou reviennent de blessure. On pense ici évidemment à Toby Alderweireld, Nacer Chadli, Marouane Fellaini, Michy Batshuayi ou encore Thomas Meunier (qui a davantage joué en fin de saison suite à la blessure de Dani Alves). Cela dit, le défenseur du PSG a souligné cette semaine que, dans son cas, il arrive en top forme à l’approche de la Coupe du Monde. Cela peut constituer un avantage, sur le plan physique, d’avoir été épargné en club ces derniers mois. Les deux dernières rencontres amicales (contre l’Egypte le 6 juin et face au Costa Rica le 11 juin) doivent aussi permettre de retrouver le rythme des matches  à ces différents éléments.

Et puis, il y a le cas épineux de Thomas Vermaelen (touché aux ischio-jambiers) qui n’est pas encore totalement retapé mais en qui Roberto Martinez semble croire énormément. Le coach fédéral semble convaincu qu’il sera apte à aider les Diables rouges durant le Mondial.

Cela peut paraître dangereux de partir avec un élément qui n’est pas à 100% sachant que, dans le secteur défensif, il y a un Vincent Kompany qui constitue une énigme ces dernières années. En forme, il est l’un des meilleurs défenseurs au monde mais sa blessure contre le Portugal a jeté un froid. Une grosse incertitude plane au-dessus de la tête de Vince The Prince. Laurent Ciman est là pour le relayer si nécessaire. La décision définitive devant être prise le 17 juin au plus tard, soit 24 heures avant le premier match face au Panama.

Certains observateurs émettent, enfin, des doutes sur le niveau de Yannick Carrasco qui a rejoint, le peu relevé, championnat de Chine. Face au Portugal, en amical, il s’est assez rapidement éteint. Mais ce serait évidemment injuste et prématuré de le juger uniquement sur cette rencontre face aux Champions d’Europe en titre.

Cela fait cependant pas mal de points d’interrogations autour d’une sélection que l’on peut qualifier de "fragile".

2. Groupe soudé et expérimenté

Cela fait des années que la majorité du groupe évolue ensemble en équipe nationale. De la sélection pour la Russie, pas moins de 16 des 24 joueurs étaient d’ailleurs présents au Brésil en 2014.

Le groupe est clairement soudé et uni. Cela transpire la joie de jouer ensemble et cela n’a pas de prix. Pour quelques-uns d’entre eux, ce Mondial sera peut-être la dernier grand tournoi auquel ils vont prendre part avec les Diables rouges. De quoi apporter une motivation supplémentaire.

Bref, une telle ambiance peut permettre au groupe de relever des défis compliqués.

Roberto Martinez a également constitué une sélection assez expérimentée. On dénombre pas moins de 8 joueurs âgés de 30 ans ou plus (Mignolet, Vertonghen, KompanyFellaini, Ciman, Dembélé, Mertens, Vermaelen) !

L’expérience, ce n’est pas seulement l’âge. Bien des joueurs ont grandi et ont rejoint des clubs huppés dans des compétitions relevées. Chelsea, Manchester City, Manchester United, Tottenham, Naples, le PSG ou encore le Borussia Dortmund, ce sont évidemment de grosses écuries !

Bref, de la liste des 23, seuls Carrasco et Witsel qui disputent le championnat de Chine ou Laurent Ciman qui évolue en MLS au Los Angeles FC, ne sont pas issus de championnats ou de clubs du top mondial.

Enfin, il y a aussi Leander Dendoncker (Anderlecht) qui est l’unique joueur du championnat de Belgique (mais pour combien de temps encore ?).

3. Adnan Januzaj, la surprise dans la continuité

Roberto Martinez a juste surpris en appelant Adnan Januzaj. Il a, en quelque sorte, dérogé à l’une de ses règles de base : la continuité. Le médian de la Real Sociedad n’a, comme en 2014, disputé aucun match de qualification avec les Diables rouges.

Son état de forme et sa fin de saison plus que réussie en Liga ont convaincu le coach fédéral de le reprendre cet "OVNI du football belge" dans sa liste des 23 !

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK