Les 23 Diables déjà connus ? "Trop gros pour être vrai"

Edito - Pascal Scimè
Edito - Pascal Scimè - © Belga Image - RTBF.be

Au pays du surréalisme, le matelas gate ne devrait étonner personne. Pourtant la dernière histoire belge, qui fait sourire dans un premier temps, a pris une tournure imprévue dont l’ampleur dépasse le cadre de nos frontières.

L’affaire fait grand bruit parce que les spéculations (bien légitimes à trois jours de la divulgation de la liste finale) autour des cinq matelas manquants vont bon train.

Il nous parvient de source sûre que les essais pour les mensurations des Diables ont été pris en début de semaine à Tubize. Chaque joueur se couchant sur un matelas afin que l’on prenne ses mesures exactes. Moins de trois jours plus tard, nos confrères de la VRT ne filment à l’usine que vingt-trois matelas censés être expédiés en Russie… Manquent à l’appel, ceux de Leander Dendoncker, Jordan Lukaku, Adnan Januzaj, Christian Kabasele et Matz Sels. Soit ces joueurs-là sont d’ores et déjà exclus de la liste des mondialistes, soit leurs matelas sont entreposés ailleurs ou encore en cours de fabrication. Il n’en fallait pas plus pour allumer la mèche mais cela parait gros, trop gros pour être plausible.

Pourquoi ?

Si la thèse se vérifie, cela signifierait que les dés étaient pipés dès le départ… Et ce serait un très mauvais signal. Mais depuis son intronisation, Roberto Martinez se montre très (trop ?) prudent sur sa communication et, qu’on le veuille ou non, on le voit mal commettre une telle bévue. Sa légitimité et son leadership seraient alors clairement remis en question au sein de son groupe.

Même s’il doit avoir sa petite idée sur sa liste finale, il y a encore trop d’incertitudes autour de l’état de forme de certains joueurs (comme Thomas Vermaelen) pour tirer des conclusions hâtives. Des doutes qui doivent être dissipés par le match amical contre le Portugal. Une rencontre qui fera office d’examen pour des joueurs comme Adnan Januzaj, encensé depuis le début du rassemblement par le sélectionneur.

Bref, la théorie fantasmée des "23" ne semble qu’un bad buzz dont notre équipe nationale se serait bien passée après le couac "Radja Nainggolan".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK