La Russie et le fantôme du hooliganisme

A quelques semaines du début de la Coupe du Monde en Russie, les hooligans locaux sont encore une inquiétude pour de nombreux observateurs. Soutenus par l'état au début des années 2000, ils sont maintenant réprimés à l'approche du tournoi international et ne semblent d'ailleurs pas être une inquiétude pour Vladimir Poutine, le président russe.

Vous vous souvenez peut-être des images choquantes lors de l'Euro 2016 en France. 200 hooligans russes s'attaquent à 2000 de leurs homologues britanniques dans les rues de Marseille. Image de la passation de pouvoir entre les anciens maîtres du hooliganisme, les Anglais et les nouveaux experts de cette pratique, les Russes pour qui c'est même devenu un sport. En Russie, les hooligans se retrouvent dans les forêts ou les campagnes pour se battre. Des pratiques acceptées et même instrumentalisées par les autorités russes qui se servent de ces hooligans pour mettre un terme à des manifestations d'opposition par exemple. 

Mais à l'approche de la Coupe du Monde, la Russie ne veut plus de ces supporters violents et gênant pour l'image du pays. Ils sont donc fortement réprimés depuis quelques mois maintenant. Ça ne les empêche pourtant pas de faire parler d'eux dans d'autres pays, comme lors du déplacement du Spartak Moscou à Bilbao dans le cadre de l'Europa League. Des incidents qui avait d'ailleurs fait une victime. Certains hooligans ont même d'ailleurs promis à la BBC une Coupe du Monde violente malgré les mesures prises par les autorités russes.  

Des menacent qui ne semblent pas inquiéter le président russe. Réunis au début du mois avec Gianni Infantino le président de la FIFA, Vladimir Poutine n'a pas évoqué ces problèmes de hooliganisme à quelques jours du début de la Coupe du Monde.


Si une inquiétude réside encore concernant les hooligans russes, il est certain que la Russie déploiera tous les moyens nécessaires cet été pour éviter que son image ne soit écornée lors de sa Coupe du Monde....

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK