"La Belgique prête à entrer au paradis", quand la FIFA craque pour nos Diables

Image d'illustration
3 images
Image d'illustration - © BRUNO FAHY - BELGA

Emmenés par le sélectionneur fédéral Roberto Martinez, les Diables rouges se sont qualifiés pour la Coupe du Monde 2018 qui se tiendra en Russie en juin prochain. La formation belge, repassée au troisième rang mondial, fait office d’outsider pour le prestigieux tournoi.

La FIFA a analysé les quatre grandes forces de notre équipe, quart de finaliste au Mondial 2014 et à l’Euro 2016.

De vieux compagnons de route

Les bases de notre équipe nationale connaissent peu de modifications depuis la malheureuse campagne qualificative en vue d’accéder à l’Euro 2012. Année après année, les différents sélectionneurs ont conservé leur confiance dans un groupe restreint de joueurs.

Dans la dernière sélection avant d’affronter l’Arabie Saoudite, neuf éléments avaient trente ans ou plus : Jan Vertonghen, Dries Mertens, Mousa Dembélé, Kevin Mirallas, Marouane Fellaini, Thomas Vermaelen, Vincent Kompany, Laurent Ciman et Simon Mignolet. "Peu d'équipes peuvent se vanter de posséder une telle complicité, qui pourrait être un atout précieux", analyse la FIFA.

Des stars à leur zénith

"Bien que la Belgique dispose d'un riche vivier de talents, tous ses espoirs reposeront sur ses joueurs phares, notamment le capitaine Eden Hazard et Kevin De Bruyne, un brillant duo créatif. Tous deux ont livré une excellente saison. Hazard domine le classement des buteurs et des passeurs décisifs de Chelsea, tandis que De Bruyne est le numéro 1 européen dans la deuxième catégorie. Âgés de 27 et 26 ans respectivement, ils sont à leur meilleur niveau", peut-on lire sur le site de la FIFA.

Eden Hazard et Kevin De Bruyne émerveillent de fait tous les observateurs. Leur fin de saison sera relativement calme, ils pourront donc bientôt se concentrer sur la prestigieuse échéance du mois de juin. A l’image du meneur de Chelsea ou de la plaque tournante de Manchester City, de nombreux éléments sont incontournables dans leur formation, comme Thibaut Courtois, Mousa Dembélé, Jan Vertonghen, Radja Nainggolan, Romelu Lukaku ou Dries Mertens.

Roberto Martinez n’a que l’embarras du choix

Troisième point d’analyse de la FIFA, l’ampleur du noyau belge : "Roberto Martinez a fluidifié la ligne arrière depuis son entrée en fonction, pour passer souvent à trois défenseurs, et il est désormais difficile de trouver des brèches dans son dispositif." L’observation est proche de la vérité, à condition que nos pions importants, comme Vincent Kompany et Thomas Vermaelen, soient disponibles. Les problèmes pourraient se présenter dans le cas contraire, comme durant ce célèbre quart de finale de l’Euro 2016 face au pays de Galles…

Au milieu de terrain et en attaque, on se bouscule au portillon chez les Diables rouges. Un autre point qui n’a pas échappé à la FIFA : "L’hésitation de Martinez à aligner Radja Nainggolan, pilier de l'AS Rome, en dit long sur la profondeur de son banc (ndlr : il en va de même pour Mousa Dembélé). En pointe, Romelu Lukaku, Michy Batshuayi, Dries Mertens et Eden Hazard sont tous capables de mener l'attaque dans des styles bien différents."

Des outsiders imprévisibles

"Les Belges ne partiront pas avec les faveurs des pronostics, compte tenu de leur manque d'expérience dans les dernières phases des compétitions. Ils n'ont en effet accédé qu'à une seule finale, à l'EURO 1980, et leur meilleur résultat en Coupe du Monde est une quatrième place au Mexique en 1986. Cette année, cependant, des incertitudes pèsent sur les favoris traditionnels. L'heure est-elle enfin venue pour la Belgique d'éclipser la classe 1986 ?", s’interroge la FIFA.

L’analyse part du principe que l’Allemagne est remaniée, que le Brésil a déçu durant la Copa America, que la France manque de régularité, que l’Argentine risque de payer cher sa fragilité défensive et que l’Espagne devrait aligner des joueurs épuisés par une très longue saison.

Énormément de points d’interrogations, on s’en doute. Les premières réponses tomberont à partir du jeudi 14 juin, date à laquelle débutera la compétition en Russie.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK