Diable, la passion s'essouffle !

Une banderole présente au Stade Roi Baudouin face au Portugal
Une banderole présente au Stade Roi Baudouin face au Portugal - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Heysel, samedi 19h, les rues autour du stade sont déjà rouges de monde. Ambiance festive, les Diables font toujours recette. Plus que jamais ? Moins qu’avant ? Une dame enthousiaste : "Je suis super impressionnée par cette ambiance bon enfant. On est tous derrière les Belges, comme une grande famille. Mais c’est la première fois que je viens à un match des Diables." Un jeune homme : "On est toujours derrière eux, on espère qu’ils iront loin au Mondial." Un autre : "Il y a autour de l’équipe nationale la même effervescence qu’il y a 4 ans ou avant l’Euro 2016, mais ici, le problème c’est la non-sélection de Radja Nainggolan."

Mieke est secrétaire du club de supporters "GN Red Devils" ; elle se dit confiante en ce qui concerne les résultats des Diables en Russie mais constate que l’engouement des supporters est moindre qu’avant : "Je le vois parce que je suis responsable d’un club de supporters, et les demandes d’affiliations sont en baisse, les gens se montrent moins passionnés aussi."

L’affaire Nainggolan a marqué les esprits et créé de l’amertume chez de nombreux fans. Le Ninja absent est omniprésent dans les conversations. Et dans les échoppes, où on espérait vendre sa perruque en beaucoup d’exemplaires ; raté ! Une vendeuse nous explique : "Je suis stupéfaite, on avait fait un gros stock et on espérait cartonner, c’est tout l’ inverse !"

Mais au fond, vend-on autant d’objets liés aux Diables que d'habitude ? "Non, j’ai l’impression que ça va moins fort qu’il y a deux ans, je ne m’explique pas pourquoi ?!", explique-t-elle.

Dans les causes, il y a bien sûr l’ affaire Nainggolan, mais aussi l’habitude des supporters de voir les Belges qualifiés, l’attitude parfois distante des joueurs, les résultats décevants de l’Euro 2016, un certain manque de charisme du sélectionneur Roberto Martinez, et tout dernièrement le "matelas gate". "C’est une véritable histoire belge, cette affaire de matelas, nous dit un supporter. Il n’ y a qu’en Belgique que ça pouvait arriver, mais toutes ces petites histoires dans la presse, ce n’est pas bon pour l’ambiance autour de l’ équipe." Malgré tout, la consigne reste claire : "On doit dépasser ces problèmes-là et rester tous derrière les Diables."

Et d’ailleurs, le stade Roi Baudouin est sold-out. Encouragements nourris d’abord, début des doutes après 20 minutes, et quelques coups de sifflet à la mi-temps. Nacer Chadli, surpris et déçu : "Déjà des sifflets à la pause, je me demande pourquoi ? On donne tout, ce n’est pas parce qu’on ne marque pas qu’il faut siffler. En face, ce sont les champions d’Europe, pas l’équipe de Malte ou de Gibraltar ! On a besoin que les supporters restent avec nous."

La 2è période amènera plus de questions que de réponses et donc, à la sortie du stade c’est le scepticisme qui prévaut : "Je suis décu, même si ce n’est qu’un match amical"; "Ils ont joué avec le frein à main, de peur de se blesser peut-être ?" ; "Ce n’était vraiment pas passionnant, heureusement les Portugais ont fait du spectacle."

Eden Hazard est conscient que les supporters restent sur leur faim : "C’est du donnant-donnant, et on n’a pas assez donné, donc ils sont logiquement déçus. Moi aussi, si je vais voir mon équipe favorite et qu’elle ne gagne pas, je suis déçu. Mais je ne siffle pas. Nous on doit faire mieux lors des 2 prochains matchs."

Le mot de la fin, on le laisse à cette jeune et jolie supportrice, sourire enjôleur et regard malicieux au bras de son compagnon : "Je n’y connais pas grand-chose, mais je me suis ennuyée. Mais la soirée est loin d’être finie… !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK