CR7, auteur d'un fabuleux triplé, un "crack" et un "guide"

Le premier choc du Mondial a aussi accouché du premier partage. Ce 3-3 spectaculaire entre le Portugal et l'Espagne a surtout été marqué par un homme : Cristiano Ronaldo.

CR7 n'avait jamais inscrit de but face à l'Espagne et affichait "seulement" 3 buts en 13 matches de Coupe du Monde. Le capitaine portugais a gommé cette lacune et a boosté ses statistiques personnelles avec un fabuleux triplé.

Fernando Santos a évidemment salué la prestation de sa star. "Il a une qualité technique incroyable, une très bonne forme physique, mais aussi une mentalité très solide", dit le sélectionneur portugais. "C'est un joueur très robuste parce que quand nous étions menés 3-2, il a guidé l'équipe et il a une grande confiance en lui-même. C'est inné et c'est le fruit de son développement personnel, il joue dans une grande équipe (le Real Madrid) et il dispute beaucoup de finales. C'est vraiment fabuleux d'avoir un joueur comme lui et pour la sélection portugaise c'est merveilleux. Je suis enchanté qu'il soit Portugais. C'est le meilleur du monde et s'il dispute aussi le Mondial au Qatar (en 2022, il aura alors 37 ans) il y marquera sans doute aussi."

"C'est incroyable ce qu'il fait depuis plus de 10 ans, c'est très spécial d'avoir un joueur comme lui", embraie Bernardo Silva. "Nous devons en profiter et le mettre dans les meilleures conditions pour qu'il marque encore plus de buts. Il progresse chaque année. Tout le monde s'attendait à ce qu'il vieillisse et qu'il joue moins bien, mais ça ne fait que s'améliorer. J'espère qu'il va continuer comme ça dans les prochains jours. Quand il joue comme ça, tout est possible".

Les plus beaux compliments viennent souvent des adversaires. Sur le banc Fernando Hierro a assisté impuissant à l'égalisation magistrale sur coup franc du N.7 portugais. "Quand on a un joueur comme Cristiano en face, ce genre de choses arrivent. Au moment où nous étions le mieux dans le match, avec de longues possessions, nous aurions pu marquer le quatrième but mais quand l'adversaire a un tel crack, c'est une chance pour lui, sans aucun doute. J'ai une très bonne relation avec Ronaldo. C'est un garçon extraordinaire mais je ne l'échangerais contre aucun de mes joueurs", déclare Fernando Hierro, ancienne idole du Real Madrid et qui a repris la Seleccion au pied levé suite au psychodrame Lopetegui.