La CAN 2019, chasse gardée des "Belgicains" ?

La CAN 2019, chasse gardée des Belgicains ?
3 images
La CAN 2019, chasse gardée des Belgicains ? - © Tous droits réservés

Sans réel favori qui se détache, cette CAN 2019 semble plus indécise que jamais. Dès ce vendredi soir, nous en saurons un peu plus sur les forces en présence puisque les seize meilleures équipes du continent s'affrontent. A la clé, un sésame pour les quarts de finale. Et parmi les équipes rescapées, on note bon nombre de Belgicains, soit des joueurs qui évoluent dans notre championnat. Présentation.

Les titulaires (indiscutables)

De par son but face au Burundi, et ses solides prestations dans l'entrejeu, le Carolo Marco Ilaimaharitra a participé à la formidable épopée de Madagascar. Pour leur première participation à un tournoi continental, les Malgaches sont parvenus à s’extirper d’un solide Groupe B et se présentent en 8e de finale baignés par une douce euphorie. Ils y affronteront le Congo d'un certain Merveille Bokadi. Titulaire lors des deux premiers matches, le joueur du Standard a contribué, malgré lui, aux défaites face à l’Ouganda et face à l’Egypte. Averti deux fois, il était suspendu lors de la seule victoire des siens contre le Zimbabwe. Un doute persiste donc quant à sa présence en 8e de finale.

Là où peu de doute subsiste, c'est quant à la montée en puissance de Krépin Diatta. Fidèle à son style de jeu, déroutant et bosseur, le jeune Brugeois a pris du galon avec le Sénégal. Buteur lors du match initial face à la Tanzanie, il a participé à toutes les rencontres des Lions de la Terenga. En 8e de finale, le Sénégal affrontera une proie à priori abordable, l’Ouganda. Autre pilier, indiscutable au sein de son équipe, le rugueux défenseur gantois Dylan Bronn. Malgré une entame de tournoi délicate, symbolisée par trois matches nuls et des prestations erratiques, la Tunisie s'est qualifée pour le prochain tour. En 8e de finale, ils affronteront une autre équipe qui a déçu, le Ghana. Des Ghanéens qui se présentent, eux, sans Belgicain.

Là vers où plupart des regards sont braqués, c'est la confrontation entre le Cameroun, tenant du titre et le Nigéria, poids lourd du continent africain. Au sein des rangs camerounais, on notera la présence de Collins Fai, l’infatigable latéral du Standard. Titulaire lors des deux derniers matches de la phase de groupe, il bénéficie d’un certain crédit aux yeux de son sélectionneur et pourrait donc être titulaire en 8e de finale. Le Standard qui parvient à placer plusieurs de ses joyaux sur les pelouses africaines, puisque Moussa Djenepo a également entamé cette CAN dans la peau d’un titulaire. Avec le Mali, il a enchainé une victoire face à la Mauritanie et un match nul contre la Tunisie. Il n’a pas participé à la rencontre face à l’Angola mais pourrait retrouver sa place en 8e contre la Côte d’Ivoire. Même s’il a depuis été transféré à Southampton il y a quelques jours, il a débuté le tournoi dans la peau d’un joueur liégeois. Suffisant pour figurer dans notre classement. Même constat pour Youssef Msakni. Transféré à Al Duhail, il évoluait encore du côté d’Eupen la saison dernière. Il est titulaire et même capitaine de la Tunisie. Solide.

Pour finir, on mentionnera le nom de Percy Tau, avant-centre de l’Union Saint-Gilloise (D1B) la saison dernière, qui a participé intégralement à tous les matches de l’Afrique du Sud, délivrant même une passe décisive lors de la courte victoire 1-0 face à la Namibie.

Les joueurs du banc

Certains Belgicains participent au tournoi mais plutôt dans la peau de remplaçants. De super-subs. C’est notamment le cas de Joseph Aidoo, récent champion de Belgique avec Genk. Il n’a pas disputé la moindre minute lors des deux matches initiaux mais a participé, dans la peau d’un titulaire, à la seule victoire des siens, face à la Guinée-Bissau. Il oscille donc entre le banc de touche et la pelouse. Autre exemple, Paul-José Mpoku. Le Liégeois n’a eu droit qu’à 51 petites minutes avec le Congo depuis l’entame de la CAN. Même constat pour Victor Osimhen (Nigéria, Charleroi), Fabrice Ondoa (Cameroun, Ostende) ou Idryssa Sylla (Guinée, Zulte-Waregem, ex-Anderlecht) qui n'ont pas encore disputé la moindre minute de jeu.

Les anciens et les absents

Bon nombre d’anciens piliers de la Pro League sont encore en course dans cette CAN. Des joueurs qui ont fait les beaux jours de notre championnat avant de lever les voiles vers d'autres pays. Parmi les noms les plus ronflants on retiendra Koulibaly et Kouyaté (Sénégal), Boussoufa et Dirar (Maroc), Mbemba et Bolasie (Congo), Diaby (Mali) ou Luyindama (Congo).

Pour finir, petite pensée pour l’attaquant de Charleroi, Adama Niane, exclu de son équipe nationale pour une obscure dispute à cause d’un passage chez le…coiffeur. Pensée également pour Jonathan Bolingi, l’avant-centre de l’Antwerp et fer de lance de son équipe nationale congolaise, mais qui s’est blessé au genou et est donc out pour le reste de la compétition.

Les Belgicains sont plutôt nombreux sur les pelouses égyptiennes. S'ils étaient 18 à l'aube de la compétition, certains (Samatta, Musona) ont déjà été éliminés. Tous les joueurs que nous venons de citer peuvent néanmoins encore prétendre à la consécration suprême : succéder au Cameroun au palmarès. Cette fois, la lutte est bel et bien lancée.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK