Broos : "Certains me disaient trop cher, d'autres trop vieux pour entraîner en Belgique"

Ce dimanche, l'équipe de Complètement Foot a accueilli Hugo Broos, très heureux vainqueur de la Coupe d'Afrique des Nations 2017 il y a une semaine avec le Cameroun. Un long entretien téléphonique dans lequel l'ancien coach à succès du FC Bruges et d'Anderlecht (3 titres de champions de Belgique en 1992, 1996 et 2004) est revenu sur les festivités après le titre au Cameroun, sur le niveau de sa sélection actuelle, sur la CAN en général et sur un éventuel retour aux affaires en Belgique. Morceaux choisis.

"Les festivités ont duré pendant toute la semaine"

Depuis dimanche dernier, j’ai très peu dormi. Surtout au Cameroun parce que là-bas les festivités ont duré pendant toute la semaine. Je suis en Belgique depuis vendredi, le calme est de nouveau-là et les heures de sommeil reviennent […] Depuis le titre, j’ai reçu quatre ou cinq demandes en mariage je pense. Il y en a peut-être qui étaient sérieuses mais pour les autres c’était dans la joie et l’euphorie que les femmes disaient qu’elles voulaient se marier avec Hugo. Mais on n’a jamais eu l’idée de prendre contact et de le faire vraiment. Il y a même une chanteuse qui voulait se marier avec moi. C’est vraiment la folie totale.

"Il y a un an, il n’y a pas un cheveu sur ma tête qui osait rêver de gagner la CAN"

Quand on est coach, on veut toujours gagner. C’est une ambition qu’il faut avoir, et naturellement j’ai pensé à peut-être un jour gagner la CAN mais certainement pas l’année passée au mois de février quand j’ai signé mon contrat. Il n’y avait aucun Camerounais qui était positif sur mon arrivée. On a dit que je n’avais jamais coaché une équipe nationale, que mon passage en Algérie était négatif, … on a encore mis une couche supplémentaire pour bien montrer que j’étais très mauvais. Mais j’ai commencé à travailler à ma manière : j’ai dit OK, on va le faire comme cela et si dans deux mois je suis à la maison, OK je vais mourir avec mes propres idées. Mais si je réussis, cela peut faire une belle histoire. J’ai commencé à rêver vraiment à partir du moment où on s’est qualifiés pour la CAN. Et puis il y a eu le quart de finale gagné contre le Sénégal. C’est là que j’ai espéré et que j’étais un peu certain qu’on pouvait arriver en finale. Ce match-là a donné un boost de confiance à l’équipe. On voyait directement que les joueurs avaient changé dans le sens où ils commençaient à y croire eux aussi. Après il fallait encore jouer cette finale et on a fait un très bon match. Mais encore une fois, il y a un an, il n’y a pas un cheveu sur ma tête qui osait rêver de gagner la CAN.

"Sur un match, le Cameroun peut battre l’Allemagne"

Je pense que ce sera très difficile pour un pays africain de gagner une Coupe du Monde. Le niveau des équipes africaines, surtout au niveau de la concentration où il faut rester focus pendant tout un tournoi, ce n’est pas évident. Je pense que sur un match, le Cameroun peut battre l’Allemagne, mais sur un tournoi, je ne crois pas qu’une équipe africaine puisse atteindre la finale. Certainement pas pour la Russie en 2018. Peut-être dans dix ou quinze ans, mais il faut encore beaucoup changer en Afrique. Ce n’est pas parce qu’on remporte la CAN qu’on a une équipe qui peut gagner la Coupe du Monde. […] Pour nous, la coupe des confédérations sera un test pour voir où on se situe sur l’échelle mondiale. Vous jouez quand même contre de grands pays comme l’Allemagne, le Chili, le Portugal, … On ne doit pas avoir plus d’ambitions là-bas. Vous savez maintenant au Cameroun on commence à rêver de gagner cette coupe. Je pense que c’est impossible dans un tournoi avec des équipes pareilles mais encore une fois on est très contents d’aller là-bas et de voir comment on se débrouille face à ces équipes.

"Je ne comprends pas pourquoi Choupo-Moting a refusé sa convocation"

Il y a des joueurs qui ne sont pas venus à la CAN parce qu’ils avaient peur de perdre leur place dans leur club. Et il y en a certains que je peux comprendre. Si je peux prendre un exemple, je parlerai d'Onana, le gardien de l’Ajax qui a pris la place de n°1 en Novembre et qui a Krul, le gardien de l’équipe nationale hollandaise, derrière lui. Mais il y en a d’autres comme Choupo-Moting par exemple, que je ne comprends pas. Je ne sais pas pourquoi il a refusé sa convocation un jour seulement avant le rassemblement. On me dit qu’il n’a pas voulu venir parce que je ne lui ai pas donné le brassard. Si c’est là une raison pour ne pas faire la CAN, c’est ridicule. J’ai fait beaucoup d’efforts pour emmener des joueurs comme Amadou, Matip, … j’ai eu beaucoup de contacts par téléphone avec eux, j’ai essayé de les convaincre, ils n’ont pas voulu venir à la CAN, maintenant la balle est dans leur camp. Ce n’est plus à moi de leur téléphoner. Maintenant s’ils veulent venir, qu’ils me fassent signent, mais là encore on verra. Je ne vais pas laisser tomber tous ses joueurs qui ont fait la CAN et qui ont emporté cette belle victoire. La porte n’est pas fermée mais ils sont dans une situation beaucoup moins favorable qu’il y a deux mois.

"J’ai attendu 4-5 ans et il n’y a rien qui est venu"

Ça ne dépend pas de moi. J’ai attendu 4-5 ans et il n’y a rien qui est venu. Si quelque chose va venir maintenant ? Je n’en sais rien. Mon téléphone n’a pas sonné depuis la victoire dimanche dernier, mais je pense que ce serait encore plus étonnant si des équipes belges m’avaient contacté aujourd’hui. Souvent j’ai demandé pourquoi on ne voulait plus d’Hugo Broos. Il y en a qui disent que j’étais trop cher, d’autres me disent trop vieux, … J’ai répondu oui mais celui-là, il a quand même le même âge que moi ? Ce ne sont pas des arguments valables. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Vraiment je ne sais pas. Voilà c’est passé. Je suis heureux d’avoir encore eu la chance de montrer quelque chose parce que c’est ce que j’attendais. Je ne voulais pas que ma carrière se termine comme cela. Aujourd’hui je peux dire que ma carrière ne va plus durer cinq-six ans, mais c’est quelque chose dont j’avais besoin pour prendre d’ici un ou deux ans la décision d’arrêter.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK