Belhocine sur l'Algérie: "Un groupe plus fort et uni que jamais"

Talentueuse, collective et portée par tout un Peuple, l’Algérie de Belmadi est enfin mûre pour le succès ?

Vendredi 21h, comme bon nombre d’Algériens de France ou du pays, Karim Belhocine -le tout récent nouvel entraîneur de Charleroi- sera devant son poste de télévision prêt à vibrer aux exploits des Fennecs. "Comme l’a répété Djamel Belmadi, le sélectionneur algérien, une finale ça ne se joue pas, ça se gagne" lance d’emblée l’ancien joueur courtraisien. Un poncif du langage footeux qui montre cependant l’envie de tout un peuple d’enfin remporter le sacre tant attendu d’une génération "dorée", souvent élevée au rang des favorites mais jamais -pour l’instant ?- parmi les gagnants !

" One, two, three, Viva Belmadi "

"Le parcours des Fennecs est fantastique mais pas surprenant. L’équipe regorge en effet de joueurs qui brillent en Europe. Mais là où l’on pêchait autrefois (Ndlr: le dernier et unique exploit de cette génération remonte à 2014 et un huitième de finale perdu 2-1 en prolongation face aux futurs champions du monde allemands), le groupe se veut ici plus fort que la somme d’individualités qui composent l’équipe. Et c’est la griffe du sélectionneur Belmadi. Ça se voit dans l’osmose qui habite les joueurs avant, pendant et après les matchs."

Pas seulement un duel " Marhez vs Mané "

Si beaucoup annoncent un duel à distance entre les stars Riyad Marhez de Man City et Sadio Mané de Liverpool, le vainqueur de la CAN 2019 sera avant tout l’émanation d’un collectif. Et là encore, pour Belhocine, avantage aux " Verts ", "Il y a les Marhez, Feghouli, Brahimi ou Slimani mais d’autres joueurs ont montré qu’ils avaient un rôle tout aussi important dans l’équipe. Guédioura (passé par Courtrai et Charleroi) avec qui j’ai joué est tout simplement monstrueux. Idem pour Youssef Atal que j’ai connu également à Courtrai, il est certes blessé et forfait mais son attitude est exemplaire. Enfin Belaïli, Bounedjah, qui sont pourtant des joueurs offensifs, on le voit se battre sur chaque ballon. Ils ne rechignent pas au travail défensif. Ça en dit long sur le bon esprit qui règne dans l’équipe."

Une victoire pour le Peuple

Un esprit qui se traduit sur le terrain et dans les chiffres : dix buts inscrits pour un seul encaissé, des qualifications probantes contre la Côte d’Ivoire en quart, contre le Nigeria en demi ou encore un 9 sur 9 en phase de groupe (dont un succès contre…le Sénégal). Suffisant pour faire de l’Algérie, LA grande favorite annoncée et assumée à la victoire finale.

"Ça fait près de 30 ans qu’on attend ce sacre (Ndlr: la seule victoire des Fennecs remonte à la CAN 1990 que l’Algérie organisait alors) ça donnerait de la fierté et du bonheur à un peuple algérien qui le mérite tant (Ndlr: depuis plusieurs mois, des manifestations ont lieu en Algérie pour protester contre le régime de l’omnipotent Bouteflika, poussant certes ce dernier à la démission sans réduire pour autant les représailles et arrestations violentes des manifestants). Je suivrai évidemment cette finale chez moi, entouré de miens. En tout cas, dans la victoire ou dans la défaite, je serai leur premier supporter !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK