Zinho Vanheusden, le "petit Bonucci", c'est vraiment la classe

D’un bien terne Standard-La Gantoise, un homme ou plutôt un jeune homme est sorti du lot. Son nom : Zinho Vanheusden.

Prêté cet hiver par l’Inter Milan au Standard, club où il a été formé, Zinho Vanheusden a effectué ses grands débuts ce samedi soir dans le chaudron liégeois et il a démontré qu’il avait tout simplement la classe.

Opéré du ligament croisé du genou gauche il y a quelques mois, Zinho Vanheusden a choisi le Standard pour se remettre à niveau avant d’envisager un retour en Italie. Il devrait rester encore une saison à Sclessin.

En l’absence de Christian Luyindama suspendu et de Koutroubis malade, Ricardo Sa Pinto a eu le nez fin en alignant Zinho aux côtés de Laifis dans l’axe de la défense du Standard face aux Buffalos.

"Je me suis senti très bien sur le terrain" a réagi le défenseur rouche au micro de la Pro League. "Au début, j'étais fatigué car je n’avais pas joué depuis 6 mois. J’avais juste joué 45 minutes lundi dernier mais le coach et l’équipe m'ont bien aidé. Le public a été fantastique. Je savais que c'était le cas mais quand on est sur le terrain c'est top."

Le garçon âgé de 18 ans a tout bonnement ébloui tous les observateurs présents au Standard. Zinho Vanheusden a montré qu’il avait déjà tout d’un grand, c’est-à-dire le charisme, l’audace, la technique affûtée, le placement impeccable, la relance sans déchet, la présence physique impressionnante ou encore l’élégance. Il a même fait preuve de ruse par moments.

Physiquement et mentalement, ce gars a un énorme potentiel.

Pas étonnant qu’on le surnomme en Italie le "petit Bonucci". Son idole est toutefois … l’Espagnol Sergio Ramos du Real Madrid. C’est à lui qu’il aimerait ressembler.

Samedi, face à des Gantois qui venaient de battre Anderlecht et le FC Bruges, Vanheusden ne s’est pas du tout laissé déstabiliser. On a eu l’impression qu’il était dans l’équipe depuis des années. Il a tenu les 90 minutes sans faiblir.

C’est simple, dans sa manière de jouer, on a cru revoir Vincent Kompany à ses débuts à Anderlecht (c’était en 2003 et il n’avait que 17 ans).

Partout où il est passé, en jeunes au Standard, avec les Espoirs de Johan Walem et évidemment à l’Inter, il a épaté tous ses coaches par son talent et son sens du jeu.

Mercredi, Luyindama étant toujours suspendu, Zinho devrait selon toute vraisemblance disputer le premier clasico de sa carrière. On est sincèrement impatient de le voir à l’œuvre dans ce type de match où la pression sera malgré tout un peu plus grande que face à Gand.

Quoiqu’il en soit, ce Vanheusden est promis à un bel avenir. C’est aussi une excellente nouvelle pour notre équipe nationale où l’on pense déjà à la succession de Vince The Prince. Zinho Vanheusden a de toute évidence la carrure pour devenir, dans quelques années, un futur patron dans l’arrière-garde des Diables.

Mais ne brûlons évidemment pas les étapes. Laissons-le grandir à son rythme... même si ce rythme pourrait être celui d'une F1.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK