Yannick Ferrera : "D'autres matches ont-ils été truqués ?"

Yannick Ferrera
Yannick Ferrera - © LUC CLAESSEN - BELGA

Ancien entraîneur de Malines, actuel coach de Waasland-Beveren, Yannick Ferrera est malgré lui au cœur de l’actuel affaire de fraude qui secoue le football belge. Après la rencontre face au Club Bruges vendredi soir, il a livré son sentiment sur tout cela.

"J’ai été mis dehors de Malines au mois d’octobre (2017), et le fameux match en question (Malines-Waasland-Beveren) a eu lieu au mois de mars donc c’était quand même 5-6 mois après. J’ai vécu toute cette affaire de loin mais on se pose parfois des questions. D’autres matches ont-ils été truqués ? Peut-être que j’ai été mis dehors à tort ?! C’est une question qu’on se pose, avoue Ferrera au micro de la RTBF. Sans accusé personne, évidemment. Mais moi, je continue mon petit bonhomme de chemin comme si de rien n’était. La justice fait son travail et elle le fait bien. Dans quelques semaines, voire quelques mois, on saura un petit peu ce qu’il en est."

Malgré les inculpations du président Dirk Huyck et du directeur financier Olivier Swolfs, cette affaire n’a, selon Ferrera, pas bousculé les habitudes "sportives" à Waasland-Beveren.

"Sincèrement, au niveau sportif, on n’a pas été touché, poursuit-il. Le vice-président est venu nous dire qu’il reprenait le club parce que Dirk Huyck, notre président, et Olivier Swolfs, notre directeur financier, devaient faire un pas de côté pendant quelques mois. Le club m’a assuré qu’on n’avait rien à se reprocher. Même si on avait perdu 5-0 ce soir à Bruges, je n’aurais pas pris tout ça comme excuse car ça n’a rien changé à notre préparation. Ni le président, ni le directeur financier ne sont sur le terrain pendant les entraînements. On a pu se préparer sereinement et on n’a plus parlé de cette affaire depuis huit jours."

"On nous a directement rassuré en nous disant qu’il n’y avait rien qui changeait. Il y a simplement deux personnes qui n’ont plus accès au club pendant trois mois. Le club continue de fonctionner de la même manière. On ne s’est même pas poser la question au niveau des paiements puisqu’on nous a dit que rien ne changeait. On verra au début du mois prochain si l’argent arrive sur notre compte mais on n’a pas trop de souci à se faire à ce niveau-là."

Et Ferrera de conclure : "On est concentré sur le sportif. C’est notre passion, on a la chance d’en vivre et on continue comme ça."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK