Y-a-t-il un capitaine dans l'avion à Anderlecht ?

Y-a-t-il un capitaine dans l'avion ?
Y-a-t-il un capitaine dans l'avion ? - © Tous droits réservés

Face au stade, stewards et policiers déployés en rangs d’oignons pour tenir à distance des dizaines de supporters réclamant le départ de Marc Coucke, Anderlecht est bien en pleine crise. Pour sa 1ère saison pleine, le Président mauve ne pouvait dans ses pires cauchemars imaginer une telle galère.

Dieumerci Mbokani, refusé par le Sporting en début de saison, bourreau des Mauves ce dimanche avec l’Antwerp et acclamé par tout son ancien stade, résume bien tous les maux : transferts ratés, changement de coach inopérant, Anderlecht touche le fond.

3 défaites en 3 matches de Playoffs 1, c’est du jamais vu. Relégués à 5 points de la 4e place, qui ne garantit que les barrages, les Mauves pourraient bien rater l’Europe pour la 1ère fois depuis plus d’un demi-siècle. Anderlecht n’est plus qu’une équipe banale, ayant perdu sa confiance, son talent et surtout ses guerriers.

Car en marge des quelques supporters furieux, l’ambiance chez St-Guidon est surtout à la résignation. À l’image de l’entraîneur Fred Rutten, qui n’a jamais semblé autre chose qu’un simple intérimaire, et dont les déclarations fatalistes en disent long. A l’image surtout du Président Marc Coucke qui, loin de chansons et des tweets qui faisaient sa joyeuse réputation, ne se montre plus. Conclusion sous forme de question : y a-t-il un capitaine dans l’avion ?

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK