Vincent Kompany : "Un Clasico se prépare comme un match de Coupe du monde, un match de Champions League ou une finale"

La rencontre entre le Standard et Anderlecht de ce week-end marque les 100 ans du Clasico. Et surtout le premier Clasico pour le coach Kompany dans un Sclessin ouvert à ses supporters.
 
Pour beaucoup de joueurs Anderlechtois, ce Clasico devant le public de Sclessin sera une première. Une première qui ne fait pas peur à l’ancien Diable. "Un début ne prédit pas une physionomie de match. J’ai commencé à 17 ans en qualifications pour la Ligue des Champions et ça a été. Je regardais Bruges-PSG mercredi. Il y a trois ou quatre joueurs qui ont fait leurs débuts et ça s’est bien passé pour les Brugeois. Je pense qu’on apprend en jouant. Un Clasico se prépare comme une finale, un match de Coupe du monde ou de Ligue des Champions. C’est dans ce genre de rencontre qu’on apprend le plus". 
 
Ce match prend place une semaine après l’écrasante victoire du Sporting contre Malines (7-2). Kompany veut confirmer dès ce week-end. "On a eu une très belle partie de match, contre Genk, une partie comme je veux la voir contre Malines. Maintenant l’important c’est de continuer sur notre lancée. C’est plus facile de garder les pieds sur terre et de rester concentré quand on joue contre le Standard. Je n’ai qu’à le dire une fois en début de semaine et mes joueurs seront motivés. L’important c’est d’être bien préparé et concentré quand on jouera dimanche".
 
" Mon Clasico le plus marquant ? Celui de dimanche !"
 
Pour le coach bruxellois, le Standard est une équipe qui a pas mal changé depuis le début de la saison. Une équipe capable de jouer rapidement sur Klauss avec Muleka. Mais il relativise : "Analyser un adversaire est facile. Mais il faut voir le jour du match ce qu’il se passe. C’est sur le terrain qu’il faut répondre dans ce genre de match. C’est le genre de match qui se joue collectivement. Si tu arrives là-bas avec l’espoir d’une individualité qui fait la différence tu ne gagneras pas. Nous, on est concentré sur l’aspect collectif".
 
"L’important c’est de s’entourer des bonnes personnes. Ce n’est pas le nombre qui compte"
 
Quand on évoque le départ de Craig Bellamy, Vincent Kompany reste plus vague dans ses propos. "Le départ de mon adjoint c’est comme perdre un joueur titulaire sauf que pour un staff, le mercato est ouvert toute l’année". À la rumeur qui mène William Still à Saint-Guidon, le T1 des mauves répond : "On se concentre sur le match du Standard. On a déjà eu assez de spéculations avec les joueurs cet été. On ne va recommencer à spéculer dès septembre. L’important c’est de s’entourer des bonnes personnes. Ce n’est pas le nombre qui compte".
 
À noter, que Benito Raman a été épargné cette semaine à l’entraînement dans le but d’être fit pour le Clasico de ce week-end. Jouera ou jouera pas ? La réponse dimanche à 18h30.
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK