Vincent Kompany en questions

Vincent Kompany en questions
Vincent Kompany en questions - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Vincent Kompany est arrivé à Anderlecht et a charrié avec lui l’ambition du retour du football champagne. Le garçon est intelligent, le joueur est brillant. Il sait que tout ceci prend du temps. Il a pour lui l’obsession, la foi inébranlable en son projet. Une foi qu’il tire d’un parcours qui lui a permis de côtoyer le plus grand coach du monde : Pep Guardiola. Son idée , c’est de calquer le système mis en place à City. A savoir, une construction de l’arrière, une multiplication des passes, des arrières latéraux qui rentrent vers l’intérieur. Sur le principe, c’est joli. Par moments. Mais pour l’instant, c’est inefficace. Deux points sur 9 et un seul but marqué en 3 matches. Et le Sporting, n’a encore joué aucune équipe du G6. Peu importe, Vincent Kompany sait que son crédit est illimité. Alors il expérimente encore et encore. Après la défaite face à Ostende, il a opéré  4 changements avant d’aborder le déplacement à Mouscron. Et puis 2 nouvelles rotations face à Malines. Mais le Sporting a-t-il le temps ? Ou a-t-il déjà abandonné toute ambition raisonnable  au prix de la reconstruction ? Pendant ce temps, le Club de Bruges se balade.

Vincent Kompany réclame donc du temps. Et il a raison. Contre Malines, l’équipe  a montré, dans la construction, des progrès indéniables. Jusqu’en zone de finition. Ne fallait-il pas, dès lors,  garder Ivan Santini au moins jusqu’au retour en condition  de Roofe et de Dimata ? Ou alors transférer un attaquant directement opérationnel.

Le Sporting n’a pas souhaité transférer Dieumerci Mbokani qui la saison dernière avait clairement marqué son désir de revenir chez lui à Anderlecht. Mbokani a marqué 4 buts et délivré 2 assists en 3 matches pour l’Antwerp.

Vincent Kompany a pour lui de poser des choix forts. Les venues de Nasri, de Sandler et de Chadli c’eût été impensable sans son concours. La découverte Dewaele, c’est lui aussi.

Mais son noyau est-il équilibré pour autant ? L’axe défensif Sandler-Kompany est très clairement ce qui se fait de mieux. Mais qu’adviendra-t-il de la défense si l’un des 2 se blesse an l’absence de Bornauw, Kara et même SannehLauwrence ? Milic ? Ou le jeune Marco Kana (16 ans) ? Ont-ils l’étoffe ?

Dans l’entrejeu, Nacer Chadli, qui peut jouer à peu près partout, va soulager le Sporting c’est une évidence. Il va densifier l’équipe, apporter ses centres, ses buts, sa hargne.

Mais ne va-t-il pas retarder l’éclosion de Verschaeren, Amuzu ou de Doku ? Sans parler de Saelemakers, pur produit du club , qui apprend, à la dure, la remise en question. Ni même de Trebel et Kums qui n’entrent pas dans le schéma de jeu du joueur-manager.

Vincent Kompany n’aurait-il pas dû, d’abord, songer à gagner avant d’installer, progressivement, son projet certes séduisant ?

Être champion en proposant un football réaliste comme René Weiler ? Ou postposer, à la saison prochaine ses ambitions de titre en dévoilant, par séquences, un football de rêve ? Tout est une question de priorité. L’ultime question étant de savoir, où Vincent  Kompany a placé la sienne.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK