Vanhaezebrouck : "On ne peut pas laisser revenir une équipe quand on mène 4-0"

Hein Vanhaezebrouck a eu des sueurs froides en fin de rencontre
Hein Vanhaezebrouck a eu des sueurs froides en fin de rencontre - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Après cinq rencontres sans victoires, Anderlecht a retrouvé le chemin du succès ce dimanche face à Mouscron (5-3). Alors qu’ils menaient 4-0, les Mauves ont tremblé dans les dernières vingt minutes et ont laissé les Hurlus recoller au score. Un scénario qui n’a pas vraiment réjoui Hein Vanhaezebrouck.

"On a fait 70 minutes qu’il fallait faire. Sur le banc, on pensait être pour une fois à l’aise pour les 20 dernières minutes. Malheureusement, ça n’a pas été le cas. On a fait quelques erreurs qu’on aurait dû éviter. Dans la première partie du match, on ne leur a quasiment donné aucune occasion et puis, tout à coup, il y a ce premier but qui tombe. Le deuxième suit très vite. Et là, Mouscron reprend confiance et le doute s’installe chez nous. On prend encore un troisième but sur phase arrêté… Heureusement, on a finalement tenu et même marqué un cinquième but" souffle HVH au micro de la RTBF.

"On doit retenir la victoire et le fait qu’on ait quand même vu de bonnes choses. Naturellement, avec l’équipe, on va revenir sur ce qui n’a pas bien fonctionné. Mais il ne faut pas trop se concentrer là-dessus, quand tu gagnes, tu dois être content avec les trois points."

Pour la première fois de la saison, Anderlecht est parvenu à faire trembler les filets adverses à cinq reprises.

"Par contre, encaisser trois buts, on l’a déjà fait, plaisante le coach anderlechtois. Normalement, on ne peut pas laisser revenir une équipe quand on mène 4-0. On va en parler ensemble."

Même si son intronisation à la tête du club bruxellois ne sera officielle que le 1er mars prochain, Marc Coucke a fait sa première apparition comme future patron au Parc Astrid. Coucke est d’ailleurs venu se présenter dans le vestiaire avant le coup d’envoi.

"Tout le monde a fait connaissance avec le nouveau président. L’instabilité et les doutes, ce n’est bon pour personne. Ça va être bien d’avoir un peu de clarté. Espérons que ça relance un peu l’équipe" conclut Vanhaezebrouck.

Je ne sais pas si c’est dans la tête...

"Jusqu’au 4-1, on avait tout en main. Le match était sous contrôle. Dès que le premier tombe, on commence à hésiter, peste de son côté Leander Dendoncker. On a même failli encaisser un quatrième but à 4-3. Je ne sais pas si c’est dans la tête mais on doit enlever ça."

Dans le camp mouscronnois, on regrettait évidemment de s’être réveillé bien trop tardivement.

"On savait que c’était une équipe en plein doute et blessée. C’est évidemment très dangereux. Elle s’est un peu réveillée contre nous" analyse avec regret le coach de l'Excel, Frank Defays.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK