Vanden Borre, l'éternel retour?

C’est donc la saison des retours: quelques jours après Kim Clijsters, voici Anthony Vanden Borre. Comme un air de déjà vu : fin 2012, Herman Van Holsbeeck avait aussi tendu la main à celui qu’on appelle le " Ketje de Neerpede ", qui s’était alors perdu dans un sombre club ukrainien.

Signature d’un contrat minimum, reprise de l’entraînement avec les Espoirs mauves avec pour horizon l’équipe première, on reprend le scénario et quasi le même communiqué… mais cette fois dans la bouche du successeur Michael Verschueren : Anderlecht veut aider cet " enfant de la maison " à retrouver la forme tranquillement… et plus si affinités. Ce matin, Vanden Borre aurait d'ailleurs satisfait à de premiers tests physiques et médicaux à Neerpede.

À l’époque, 18 mois après sa reprise, VDB avait disputé la Coupe du Monde au Brésil… mais il avait 26 ans, il en a aujourd’hui 32. Ce n’est plus tout jeune, même si un passage au fitness dans les Emirats l’aurait délesté d’un gros excédent de poids.

Pire : Vanden Borre n’a plus joué de match depuis 2 ans et demi, au printemps 2017 lors de sa fameuse aventure au TP Mazembe, où il était parti en quête de ses racines congolaises… mais où il n’avait joué que 5 bouts de matches.

Le retour d’aujourd’hui s’explique évidemment : Vanden Borre est un ami d’enfance de Vincent Kompany, qui veut recolorer son Sporting de mauve, mais qui manque surtout d’arrières latéraux et encore plus d’expérience dans son équipe.

Mais ce retour résonne aussi comme le coup de buzz d’un club un peu aux abois, vu les résultats actuels désastreux pour la crédibilité du projet Kompany. Crédibilité déjà plombée par un mercato interpellant et un staff sportif XXL où on se demande (entre Simon Davies, Jonas De Roeck, Pär Zetterberg et Frank Arnesen) qui fait vraiment quoi.

Souhaitons à Vanden Borre qu’il ne fournisse pas la trame d’un nouveau sketch à répétitions...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK