Van Himst optimiste pour l'avenir : « Anderlecht doit se baser sur Verschaeren »

Le Sporting d’Anderlecht connaît une des plus mauvaises saisons de son histoire. Seulement cinquième à trois matches de la fin de la compétition, Anderlecht pourrait bien ne pas se qualifier pour la Coupe d’Europe la saison prochaine, ce qui serait une première depuis 55 ans pour le club bruxellois.

Ancienne grande gloire des Mauves et Blancs, Paul Van Himst, 75 ans suit toujours son club de cœur avec passion. Le quadruple Soulier d’or estime que si cette saison-ci est catastrophique, il ne sert à rien de dramatiser. L’ancien milieu de terrain du Sporting voit même des points positifs à retenir de cette saison noire : « Yari Verschaeren est un exemple cette saison sur lequel Anderlecht doit se baser dans les années à venir. Pour moi le football, ce n’est pas d’abord penser à défendre. Quand on voit les grandes équipes, leur idée pour gagner un match, c’est toujours en jouant vers l’avant. Verschaeren, c’est un jeune gars, qui quand il joue, cherche directement le goal. C’est un garçon qui va vers le goal. Qu’est-ce que vous faites avec un toréador qui s’encourt devant le taureau ? Son job, c’est d’essayer de tuer le taureau. Donc en football, pour marquer des goals, il faut y aller et Yari est un bon exemple. Anderlecht doit essayer d’en trouver l’un ou l’autre comme lui pour pouvoir l’épauler. »

Mais avant de réaliser des transferts, Anderlecht doit d’abord engager un nouvel entraîneur. Fred Rutten s’est avéré être un échec cuisant. Mais l’arrivée du coach hollandais était plutôt un choix à court terme. Pour Paul Van Himst, le profil du nouveau coach doit correspondre au style anderlechtois : « On parle souvent de l’ADN. Mais qu’est-ce que ça signifie ? Anderlecht doit se trouver un entraîneur qui a un certain point de vue et une certaine manière de jouer. C’est à Michael Verschueren, Frank Arnesen et au Président de se mettre à table pour trouver le bon profil. » pense Van Himst.

Ancien entraîneur d’Anderlecht, avec lequel il a gagné le titre en 1985, Paul Van Himst a analysé en profondeur l’effectif anderlechtois et en a repéré les manquements. « Si je reprenais cette équipe en main, j’essayerais d’abord de trouver un demi-défensif, soit au sein du club, soit ailleurs, car on n’a pas assez de poids au milieu. Une fois qu’on joue contre une équipe qui physiquement est bonne et qui a du poids, on souffre. Donc j’essayerais d’avoir un profil dans ce style-là. Sinon, peut-être éventuellement un gars derrière car il faut voir si Kara va tenir le coup parce que quand il joue contre des gars qui sont rapides, ce n’est pas toujours évident. L’axe, c’est super important donc j’essayerais de faire des transferts à ces postes-là. »

Le nouveau coach d’Anderlecht doit aussi faire confiance aux jeunes talentueux qui viennent du centre de formation selon Van Himst.

« Je pense qu’on doit construire une équipe en se basant sur Verschaeren et d’autres jeunes comme Sebastian Bornauw. Derrière je pense qu’on peut compter sur lui. Où même Elias Cobbaut qui vient de Malines. Le garçon, je ne le connaissais pas tellement, il n’a pas joué beaucoup mais physiquement il est bien, et il m’a l’air bon. Il faut essayer de construire une équipe autour de ceux-là. Par contre, Ivan Santini n’est pas un mauvais centre avant mais ce n’est pas le genre de gars dont Anderlecht a besoin. Si Anderlecht parvient à trouver les joueurs adéquats à des postes cruciaux, on peut jouer le titre la saison prochaine, j’en suis persuadé. C’est peut-être fort ce que je dis mais j’y crois. Ils ont démontré par moments qu’il y a quelque chose dans ce noyau. Mais ce n’est pas encore assez qualitatif pour être champion cette année. »

Un optimisme qui tranche beaucoup avec le défaitisme des supporters mauves ces dernières semaines. Mais si le plus grand joueur belge du XXe siècle le dit, sa parole doit être entendue.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK