Teklak : "On entre dans une phase très dangereuse de l'utilisation de la technologie"

Ce dimanche, Anderlecht est venu à bout du leader brugeois dans un topper marqué par une décision arbitrale importante. Après visionnage du VAR, le but égalisateur de Diaby a été annulé pour une position de hors-jeu millimétrique. Une décision qui a fait débat, notamment dans Complètement foot hier soir. La vidéo tue-t-elle l’esprit du jeu ?

"Je dirais que la vidéo ne tue pas l’esprit du jeu, mais c’est évident qu’il va y avoir une métamorphose. […] Je pense qu’il y a une vraie réflexion à avoir sur les axes caméra, parce qu’effectivement, en fonction de l’axe de la vidéo, on peut avoir une perception différente. Ceci dit, je pense sincèrement que la bonne décision a été prise, mais j’aurais très bien compris que le juge dans la camion dise qu’il n’était pas sûr à 100% et qu’il valide donc le but. Mais ici, il a un outil avec la vidéo, il ne peut pas voir cette image dans le car et faire comme si de rien n’était." analyse Emmanuel Foulon, le consultant arbitrage de Complètement Foot.

Pour Alexandre Teklak, la nature-même du football est en danger : "Je trouve qu’on rentre dans une phase très dangereuse de l’utilisation de la technologie. Pourquoi ? Parce qu’en fait sur cette phase-là, la responsabilité incombe à la réalisation du match ; au placement des caméras. On a fait une loupe sur les pieds de Diaby. Oui, il y a peut-être un orteil qui est hors-jeu, mais qui vous dit que 2 "frames" (image par image) avant, Diaby n’est pas en position licite ? […] On tombe dans une utilisation totalement abusive de la technologie. On est vraiment dans une utilisation de la technologie liée aux limites de l’être humain. À la limite, en fonction des pixels dont vous disposez sur votre écran à la maison, vous allez vous rendre compte que le gars est hors-jeu ou pas. Evidemment, sur base de ces images on voit Diaby très légèrement hors-jeu. Mais qui vous dit que cette technologie est utilisée à 100% ? Je ne vais pas parler de fiabilité mais vous avez des limites qui sont liées à l’utilisation du " software " en lui-même. Il y a un calibrage très précis qui doit être réalisé avant chaque rencontre, et là, l’angle de la caméra me gêne sur cette action."

Des détails techniques qui ne sont pas encore maîtrisés selon Pascal Scimè : "Pour moi, technologiquement, on n’est pas encore aptes … On le sera peut-être un jour, mais pas dans ces cas de figures-là … Dans des cas de figures comme ce hors-jeu, on s’abstient. L’arbitre video aurait dû dire à Monsieur Vertenten : Je ne sais pas. [...] Moi je suis pour l'intégration de la vidéo dans le football. Je suis convaincu qu'à terme, mais pas maintenant, elle va ramener plus de justice sportive."

Et Alexandre Teklak, de conclure, un peu amer : "Les deux points qui pourraient manquer à Bruges en fin de saison, si jamais ils sont capitaux dans la lutte pour le titre, on en reparlera peut-être. J’ai un sentiment malsain… dérangeant. Je trouve que la nature-même du foot est mise en danger."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK