Suspicions de fraudes dans le foot belge: 44 perquisitions menées en Belgique, 13 à l'étranger

Quarante-quatre perquisitions ont été menées ce mercredi matin en Belgique dans le cadre d'une enquête sur de possibles faits d'organisation criminelle, blanchiment d'argent et corruption privée dans le cadre de la division 1A de football, a annoncé le parquet fédéral. Treize perquisitions ont également été menées à l'étranger.

L'enquête fédérale a débuté à la fin de 2017, à la suite d'un rapport de l'Unité des fraudes sportives de la police fédérale. "Elle mettait au jour des indications de transactions financières suspectes dans la division 1A de football. Certains agents de joueurs, indépendamment les uns des autres, auraient mis en place ces transactions . Elles dissimulaient, aux autorités belges et aux autres parties impliquées, des commissions. Des commissions qui portaient sur les transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d'entraîneurs ainsi que d'autres paiements", explique le parquet fédéral.

En cours d'enquête, des indications d'influence possible sur les matchs de la saison de compétition 2017-2018 sont apparues.

Des perquisitions ont été menées dans plusieurs clubs de football actifs dans la Jupiler pro League, chez des responsables de clubs de football, chez des agents de joueurs, chez des arbitres, chez un ancien avocat, dans un bureau comptable, chez un entraineur, chez des journalistes et chez quelques complices éventuels, poursuit le parquet, qui précise qu' "un grand nombre de personnes ont été privées de leur liberté et emmenées pour une audition approfondie."

Le communiqué du Parquet fédéral

"Dans le cadre d'une enquête du parquet fédéral, menée par le juge d'instruction du Limbourg, 44 perquisitions sont effectuées ce matin dans tout le pays. Ces perquisitions sont réalisées par la Police Judiciaire Fédérale du Limbourg, avec le soutien des Polices judiciaires fédérales d'Anvers, de Louvain, du Brabant Wallon, Bruxelles, d’ Halle-Vilvorde, de Flandre Orientale, de Flandre Occidentale, de Mons et de Liège. L’opération a également été soutenue par la Police Routière et par le Corps d'intervention de la police intégrée.

Parallèlement, à la demande du juge d'instruction, 13 perquisitions sont également effectuées à l'étranger, notamment en France, au Luxembourg, à Chypre, au Monténégro, en Serbie et en Macédoine. Des opérations simultanées à l’étranger coordonnées par Eurojust.

Au total, 184 policiers en Belgique et 36 policiers à l'étranger participent à cette action.

L'enquête fédérale a débuté à la fin de 2017, à la suite d'un rapport de l'Unité des fraudes sportives de la police fédérale. Elle mettait au jour des indications de transactions financières suspectes dans la division 1A de football.

Certains agents de joueurs, indépendamment les uns des autres, auraient mis en place ces transactions . Elles dissimulaient, aux autorités belges et aux autres parties impliquées, des commissions. Des commissions qui portaient sur les transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d’entraîneurs ainsi que d'autres paiements.

Au cours de l’enquête, des indications d'influence possible sur les matchs de la saison de compétition 2017-2018 sont apparues. Le parquet fédéral a alors demandé au juge d'instruction d'étendre son instruction à ces faits.

L’instruction judiciaire couvre des activités menées dans le cadre d'une organisation criminelle, le blanchiment d'argent et la corruption privée.

Les recherches de ce matin sont effectuées aux sièges de plusieurs clubs de football actifs dans la Jupiler pro League.

Plusieurs documents et dossiers y ont déjà été saisis.

Des perquisitions sont également effectuées chez des responsables de clubs de football, chez des agents de joueurs, chez des arbitres, chez un ancien avocat, dans un bureau comptable, chez un entraineur, chez des journalistes et chez quelques complices éventuels.

Un grand nombre de personnes ont été privées de leur liberté et emmenées pour une audition approfondie. Le juge d'instruction décidera ultérieurement d'une éventuelle mise à disposition ou arrestation.

Les perquisitions à l’étranger sont principalement effectuées dans les bureaux et chez les dirigeants des personnes morales étrangères qui auraient servi à mettre en place les opérations financières suspectes. Des documents et des avoirs placés dans des comptes bancaires et des coffres-forts ont été saisis."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK