Stephan Streker sur l'affaire Diagne: "C'est d'un égoïsme complet"

Ce lundi sur le plateau de la Tribune, nos consultants sont revenus sur l'affaire Diagne qui avait coûté un point au Club de Bruges contre le PSG la semaine dernière. Tous le monde s'accordait pour dire que l'erreur du Sénégalais était énorme et surtout impardonnable.

"J'ai failli "bouffer" mon écran tellement ça me rendait dingue" avance Stephan Streker. "Mon premier réflexe a été d'en vouloir aussi à Hans Vanaken de s'être laissé faire. Je trouve que c'est un acte d'un égoïsme complet. La grande question c'est de savoir ce qui se serait passé s'il avait marqué ? On en parlerait beaucoup moins. Je trouve que dans la presse flamande, on est malgré tout allé un peu trop loin, c'était quasiment une chasse à l'homme" conclut-il.

"Oui, mais le joueur aussi est allé trop loin. Ce n'est pas sa première incartade, ça commence à faire beaucoup. Je crois que le gros problème c'était que le brassard était sur le bras de Vanaken. Si Vormer avait été là, il aurait pris le ballon et il l'aurait donné à Vanaken tout simplement" estime Philippe Albert quant à lui.

"Déjà, je trouve que le premier crime de Diagne, c'est de créer un conflit. On est déjà sous tension, c'est une situation difficile, je lui en veux beaucoup d'avoir fait ça" renchérit Streker.

Philippe Albert conclut ce débat en essayant de botter en touche et d'oublier cette histoire : "Si j'étais à la place de Clément, je le titulariserais contre Galatasaray."

Un coup de bluff envisagé par le coach brugeois ?

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK