Anderlecht, Roef, Ostende, la MLS,... Proto déballe dans la Tribune

Silvio Proto était l'invité ce lundi de la Tribune. Le gardien d'Ostende, comme d'habitude, n'a éludé aucune question. De son futur à Ostende ou à l'étranger à son départ d'Anderlecht, le Belge a répondu avec franchise.

Sur son départ, surprenant, l'été dernier, le gardien apporte quelques informations: "Je respecte leur point de vue" débute l'Ostendais. "Ils voulaient faire de la place pour un plus jeune gardien (NDLR: parle-t-il de Davy Roef ou Mile Svilar?). Ils l'ont fait, voilà. Je ne vais pas râler et penser à cela. Je suis à Ostende. J'ai un président qui me fait confiance, des supporters qui me poussent vers le haut. La page est tournée."

Il avoue d'ailleurs que sa position à Anderlecht avait déjà été remise en cause il y a deux ans, mais pas par le Président, Roger Vanden Stock. "Je sais de source sûre que l'année avant ma dernière année (NDLR: en 2014-2015), j'ai déjà été remis en question. Alors que j'avais fait gagner des titres les années précédentes à mon équipe. Je sais que le Président a dit à certaines personnes que ce n'était logique d'essayer de m'écarter maintenant."

Sa dernière saison à Bruxelles ne s'est pas passée comme il le souhaitait. "En étant honnête, on ne peut pas dire que l'année passée on avait la meilleure équipe pour gagner le championnat" ajoute Proto. "J'étais le gardien en Europa League qui a fait le plus d'arrêts. Je ne suis pas ici pour faire ma publicité mais dire que la saison dernière était une moins bonne saison... (silence)"

Le Belge avoue d'ailleurs que si Anderlecht avait été champion l'an passé, il serait encore entre les perches au Parc Astrid: "Oui certainement, j'aurais un nouveau contrat de trois ans."

"Roef, sa place, on lui a donnée, il ne l'a pas gagnée"

Ce dimanche, Silvio Proto a été fêté par les supporters mauves pour son retour à Bruxelles. Il se dit touché par le geste mais ne veut pas garder d'amertume, par respect pour son nouveau club: "Ce tifo, c'est du respect de la part des supporters anderlechtois. Mais je ne vis pas avec le passé ou des regrets. Je suis très content de l'opportunité qu'Ostende m'a apportée."

Maintenant, c'est Davy Roef qui garde le but mauve. Pour Silvio Proto, il est clair que cette place, le jeune Belge ne l'a pas gagnée sur le terrain: "Il faut être honnête. Roef, sa place, on lui a donnée, il ne l'a pas gagnée. Maintenant qu'il est là, si il fait ses matches, personne ne pourra lui retirer. Le seul conseil que je peux lui donner, c'est qu'il fasse ses matches. Mais derrière mon départ, il y autre chose aussi. Ce n'est pas seulement Roef, il y a autre chose" répond de manière énigmatique Silvio Proto.

Proto ne dit pas non à un départ à l'étranger, en MLS

Titillé par son ancien coéquipier Guillaume Gillet, Silvio Proto se dit prêt, sous certaines conditions, à franchir le cap et partir jouer avec lui aux États-Unis: "Oui, pourquoi pas. Il faut que le financier, le familial et le sportif se couplent. Pour l'instant, j'ai un nouveau challenge avec un contrat de 4 ans à Ostende. Je vais faire le maximum pour aider le club à grandir. Après on verra. Si mon corps reste comme il est, je peux encore jouer quelques années."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK