Sanctions, rôle des stewards, futur au RSCA : les éclaircissements de la Pro League

Le choc entre le Standard de Liège et le Sporting d’Anderlecht a été définitivement arrêté après 32 minutes de jeu vendredi soir quand des supporters du club bruxellois ont jeté, pour une deuxième fois, des fumigènes et d'autres objets sur le terrain alors que leur équipe était menée 2-0. 

Nous avons contacté Pierre François, CEO de la Pro League afin d’éclaircir les suites de cette affaire.

Que risque le club d'Anderlecht ?

"Le club risque d’une part les suites de la procédure disciplinaire qui sera menée par le parquet de la Fédération. D’autre part, l’application du règlement interne de la Pro League. Dans le premier cas, le parquet va introduire une action disciplinaire contre le club, qui est responsable disciplinairement pour les agissements de ses supporters. Il sera question d’une amende maximale de 5000 euros et potentiellement d’une décision de huis clos. A côté de cela, nous avions veillé à prendre en compte l’atteinte à l’image de la Pro League et nous avons mis en place depuis quelques temps déjà un règlement qui sanctionne par le paiement d’une indemnité les suites d’une interruption temporaire soit définitive. Le règlement prévoit un maximum de 50.000 euros. Ne perdons pas de vue l’application de la loi football et les interdictions qui en seront la suite."

Le règlement va-t-il dans le sens des supporters ?

"Je m’inscris en faux contre cette interprétation. Le règlement qui a été voté par l’ensemble des clubs de la Pro League n’est pas le générateur de l’interruption du match. Imaginez une seconde qu’il n’y ait pas de règlement applicable, que la Pro League n’ait pas pris ses responsabilités en d’autres termes : dans un cas comme celui d’hier, l’arbitre aurait tout autant mis fin au match car la sécurité n’était plus assurée. Ce que le règlement prévoit, c’est un peu plus de précisions dans les conséquences et en particulier l’application d’une indemnité qui se veut de nature à décourager de tels faits."

Le rôle des stewards

"Nous avons demandé, au niveau de la Pro League, plus de pouvoirs pour les stewards, notamment au niveau des fouilles, mais aussi au niveau de la possibilité d’exiger l’identité de personnes pour lesquelles un doute pourrait intervenir dans le cadre d’une organisation d’avant-match. Nous ne pouvons pas demander à une personne de décliner son identité ou à défaut de quitter l’enceinte du stade. C’est une demande formulée par la Pro League pour augmenter l’encadrement des supporters à risque. Je crois que les stewards, qui sont des bénévoles défrayés de façon ultra modeste, ne sont pas là pour laisser passer les engins pyrotechniques. Ils s’efforcent de les confisquer quand c’est possible, mais les moyens mis à leur disposition sont sans doute insuffisants. L’utilisation des engins pyrotechniques n’a cessé de se développer, c’est une véritable peste et il faut donc s’en défaire."

Quid pour le futur ?

"Je crois qu’il appartient maintenant aux dirigeants du RSCA et aux supporters responsables au sein du club de se mettre autour d’une table et de veiller à trouver des solutions. Des solutions ont été trouvées après des incidents répétés durant deux Charleroi-Standard. Il y a eu des contrôles très importants qui ont été mis en place à l’époque pour encadrer le déplacement des supporters du Standard. Les résultats ont été bons. Je ne doute pas un seul instant que de telles mesures puissent être également prises au niveau du club bruxellois."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK