Rotation des joueurs : Charleroi est le plus stable, Mouscron le plus volatile

Et si l'amour du maillot, y avait que ça de vrai ?
Et si l'amour du maillot, y avait que ça de vrai ? - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Sur son thème préféré, Olivier Deschacht ne dirait pas autre chose : " Les vrais clubmen n’existent plus ". La dernière enquête de l’Observatoire du Football CIES, un centre d’étude statistique de l’évolution du football moderne basé en Suisse, en apporte une nouvelle preuve : la rotation de joueurs est devenue un marqueur essentiel du foot-business. Les joueurs vont et viennent, arrivent et sont revendus… et certains clubs belges en sont d’inquiétantes illustrations.

Le CIES a cumulé les noyaux de 87 Premières Divisions sur tous les continents depuis 2015 : son relevé souligne de manière cruelle la volatilité des équipes latino-américaines. Le club qui consomme le plus de joueurs au monde est le club colombien de Deportivo Pasto… avec 176 joueurs en 5 saisons (moyenne 35,2 joueurs). Suivi par les Paraguayens du Deportivo Capiatà (162) et les autres Colombiens d’Atlético Huila (154). A l’autre bout du classement, on trouve le club chinois du Shanghai SIPG, où évoluent les Brésiliens Oscar (ex-Chelsea) et Hulk (ex-Porto), qui n’a brassé que… 44 joueurs en 5 saisons. UN modèle de stabilité !

Fiesta Latina

La 1e Division la plus instable est la Division Profesional du Paraguay, suivie par la Premier League de Jamaïque, la Serie A du Brésil, la Primera A de Colombie et la Primera Division de Bolivie. L’Amérique Centrale et du Sud occupe d’ailleurs les… 10 premières places de ce classement particulier : rien que les clubs sud-américains sont 7 dans le Top 10 et 10 dans le Top 20. Tout au bout du classement, se trouve le Campionato de… Saint-Marin, dont chaque équipe ne tourne qu’avec 22,08 joueurs de moyenne : le charme de l’amateurisme sans doute…

Et la Belgique dans tout cela ? La Jupiler Pro-Ligue se classe honorablement, à la 67e place du classement sur 87 : les 16 clubs de l’élite utilisent en moyenne 25,64 joueurs par saison, juste en-dessous de la Russie et au-dessus du Danemark.

Mouscron d’appétit

Moins flatteur, Mouscron émarge… au Top 30 mondial des clubs ayant consommé le plus de joueurs en 5 saisons : 126 têtes différentes exactement ! L’explication semble limpide : piloté par des agents dont le célèbre Pini Zahavi, l’Excelsior est devenu davantage une vitrine de joueurs et une gare de triage pour cramponnés, qu’un club bâti sur la stabilité... D’où de nombreuses saisons où le sport pratiqué au Canonnier était davantage la corde raide que le ballon rond.

Le constat est patent pour les autres clubs belges grands dévoreurs de joueurs : le Cercle Bruges (118 joueurs en 5 ans) et Saint-Trond (109) sont aux mains de propriétaires étrangers (Monaco et un conglomérat japonais), plus soucieux de plus-values et de post-formation que de projets et résultats sportifs.

Anderlecht dans le top 5…

Le top 5 belge est complété par Waasland-Beveren (108 joueurs en 5 ans), dont la politique sportive totalement incohérente se paie cette saison par une bascule en D1B (sauf si la D1A passe à 18 clubs…) et par… Anderlecht (106), grand adepte ces dernières années des transferts-panique et des mises sous contrat émotionnelles – la trésorerie mauve en paie un lourd tribut.

Le Standard (6e) a consommé 105 joueurs, Gand (9e) 90, Bruges et Genk (12e)  80… et Charleroi est le meilleur élève de la classe avec seulement 62 joueurs en 5 saisons. La conclusion est claire : la stabilité paie, tous les coaches le disent… mais ce sont les dirigeant qui tranchent, quand ils ne sont pas influencés par des agents-maison. Suivez notre regard…

Stabilité = succès

La remarque vaut également à l’échelle internationale : les clubs qui récoltent le plus de succès sont aussi ceux qui s’appuient sur un noyau stable, et peaufiné à la marge au fil des années. L'Atletic Bilbao (où s’ajoute aussi la dimension basque) tourne depuis 5 ans avec un noyau de 50 joueurs, Tottenham 51 (dont Toby Alderweireld et Jan Vertonghen) et le Manchester City de Kevin De Bruyne 52. Le Real Madrid cumule les trophées avec 54 joueurs depuis 5 saisons, Arsenal (en lien avec le projet formateur) 56, le Naples de Dries Mertens 58, le Bayern Munich 59 et Barcelone 61… juste devant Charleroi donc ! Les 3 plus grands championnats se classent d'ailleurs dans le Top 25 des Ligues les plus stables côté noyau : les clubs de Bundesliga tournent à 25,18 joueurs de moyenne, la Premier League anglaise 25,20 et la Liga espagnole 26.

Un approche traditionnelle, nourrie par des projets à moyen terme avec un coach stable et des joueurs imprégnés par un esprit-maison et un plan sportif méthodique serait donc garant de succès : les statistiques l’illustrent. Même si les millions des grosses écuries les aident aussi à garder leurs joueurs, et à s'améliorer par des apports par petites touches.

Olivier Deschacht a donc tout juste.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK