Roger Vanden Stock : « Marc Coucke ? Il y aurait beaucoup de conseils à lui donner… »

Depuis la reprise par Marc Coucke, on ne l’avait plus vu, ni entendu. Dix-sept mois après le rachat d’Anderlecht, Roger Vanden Stock s’exprime pour la première fois sur la saison noire de son club de cœur, mais aussi sur les tensions larvées qui l’ont mené à ne plus fréquenter le parc Astrid. Avec son successeur, les lendemains sont amers …

Avec la Fondation qui porte le nom de son père, Roger Vanden Stock parraine un tournoi de jeunes footballeurs qui vise l’intégration sociale à Bruxelles et dont les finales auront lieu le 18 mai au Stade Fallon à Woluwé-St-Lambert. Plus bronzé que jamais, il revient de 4 mois à la montagne : Méribel, Courchevel, Les Menuires… mais aussi un périple avec Madame en Birmanie, du golf en Irlande et des rallyes de vieilles voitures. Tout… sauf du foot.

« Je m’étonne que le football me manque finalement si peu » explique l’ex-Président mauve. « Bien sûr, je supporte toujours le Sporting qui restera toujours le club de mon cœur. Mais je profite de la vie autrement. Je n’ai plus été au stade depuis un match de Youth League l’an passé, avec Verschaeren et Doku dans l’équipe, la preuve qu’on encore de bons petits jeunes. Je regarde les matches à la télé, mais je ne vais au foot que quand on m’invite. D’ailleurs, la dernière fois, c’était en déplacement à l’Antwerp, et ça avait fait pas mal de bruit… Depuis, je préfère ne plus répondre aux invitations… Reprendre des fonctions un jour ? Non, c’est fini, j’ai passé l’âge, il y a un temps pour tout… »

Si Roger Vanden Stock ne se rend plus au parc Astrid, c’est aussi parce que l’actuelle direction a réaménagé la Tribune d’Honneur… et le clan Vanden Stock n’y a plus place. L’ex-patron mauve a d’ailleurs remis son mandat de Président d’Honneur. « Le plus pénible, c’est de voir que le Sporting aura besoin d’un miracle pour aller en Coupe d’Europe, un cas unique en 55 ans… C’est de la souffrance de voir que l’équipe n’arrive à gagner qu’un seul petit match en Play-Offs, c’est n’est pas digne d’un club comme le Sporting… Et faire reposer l’équipe sur un gamin de 17 ans comme Verschaeren en dit long sur les problèmes de cette équipe… Vous me demandez si, à refaire, je revendais le club aux mêmes investisseurs ? Peu importe, ce qui est fait est fait, et il faut assumer… »

On le sent amer, voire acerbe. Un rictus ironique ne le quitte pas tout au long de l’interview. On lui demande s’il se sent trahi par Marc Coucke, qui a entamé un grand nettoyage après le rachat : « Je ne réponds pas à cette question, c’est trop polémique. Mais non, je n’ai plus de contacts avec lui… » grimace-t-il, aigre.

Parmi les projets de réforme, Marc Coucke compte aussi débaptiser le stade pour faire rentrer des capitaux via du naming. Comme une manière d’effacer toute trace des Vanden Stock dans l’histoire du Sporting. « Vous savez, un jour le Stade Emile Versé est devenu Stade Constant Vanden Stock. Eh bien, un jour le Stade Constant Vanden Stock deviendra apparemment le Stade Lotto » ironise-t-il. « Si on aurait dû faire les choses de manière moins brutale, en laissant le temps au temps ? Sans doute, sans doute… » répond-il, évasif…

Et parmi les grandes manœuvres signées Coucke, il y aurait aussi des actions en justice en préparation envers l’ancienne direction… « Officiellement je ne suis au courant de rien. Il a manifestement déclaré lors d’une conférence de presse, qu’il y avait des cadavres à évacuer des placards mais malgré ses dires, je n’ai eu aucune information » dit Vanden Stock à propos de son successeur dont, sur 13 minutes d’interview, il ne cite jamais le nom…

Mais à propos duquel on lui demande quel conseil il lui donnerait… s’il devait lui en donner un. « Quel conseil ? Il y aurait beaucoup de conseils à lui donner, mais je ne rentre pas dans ça… »

Et de finir sur une ultime pirouette quand on l’interroge sur l’entraîneur idéal  pour redresser le club… « Qui ? Mourinho ! » lâche-t-il hilare. Avant de préciser : « Non, vraiment, je n’ai aucune idée… et je suis loin de tout cela maintenant. »

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK