Rétro PO1 : 19 mai 2013, Zulte Waregem champion pendant ... trois minutes

39 matchs et 3.510 minutes de jeu n'ont pas encore permis de connaître le champion de cette haletante saison 2012-2013. Le match du titre se joue lors de la toute dernière journée, au Stade Constant Vanden Stock, entre un Sporting d'Anderlecht, leader au terme de la phase classique, et l'inattendu Zulte Waregem, que tout le monde voyait lâcher prise, mais qui s'est accroché jusqu'au bout, allant même jusqu'à occuper la tête du classement entre la 4è et la 6è journée des Play Offs...

Rétrospectivement, après 10 saisons de Play Offs, Zulte Waregem apparaît comme l'équipe la plus régulièrement qualifiée...derrière le G5. 5 participations en 10 éditions, on peut parler d'une belle moyenne pour le modeste cercle ouest-flandrien et son éternel mentor, Francky Dury.


►►► Retrouvez ici Nos rétros Play-Offs 1


Cette saison-là, Zulte-Waregem n'en est qu'à sa deuxième participation aux Play-Offs (après la toute première édition où il s'est classé 6è, après un anecdotique 7/30) mais a placé le curseur des ambitions bien plus haut. Véritable poil à gratter du championnat, il s'est montré d'une étonnante régularité, au point d'occuper la première place du classement entre la 11è et la 14è journée, et de ne jamais descendre plus bas que la deuxième place ensuite. L'appétit venant en mangeant, Zulte-Waregem se prend (sans le dire trop haut) à rêver de titre et à incarner la plus belle surprise belge depuis le Lierse d'Eric Gerets en 1997.

Fin février, quelques jours avant d'accueillir Zulte-Waregem en phase classique, le médian anderlechtois Lucas Biglia annonce déjà la couleur : "Zulte-Waregem est notre concurrent numéro 1. Tout simplement parce que c’est notre poursuivant le plus proche. Et parce que, de toutes les autres équipes, Zulte est la plus efficace. C’est une équipe jeune avec deux joueurs d’expérience – Leye et Berrier – qui font tout tourner. Le match contre Bruges est important, mais celui de mercredi prochain face à Zulte l’est encore davantage. Rappelez-vous la saison 2010-2011. Tout le monde parlait du Standard et de Bruges, mais c’est Genk qui a surpris le reste du peloton en remportant le titre." Par ailleurs, Biglia n'en demeure pas moins confiant dans les qualités de son équipe. S'il est resté à Anderlecht, c'est bien pour être champion : "L’équipe qu’on a maintenant, c’est la plus forte depuis que je suis àarrivé à Anderlecht, en 2006. Je n’ai jamais connu une équipe avec autant de qualités, sauf en équipe nationale bien sûr. Je suis convaincu que, petit à petit, on va retrouver notre niveau de novembre et décembre.”

Comment contredire l'Argentin ? Cette saison-là par exemple, le sporting se permet notamment le luxe de compter en ses rangs un...trio d'attaque composé uniquement de Souliers d'or : Milan Jovanovic (2009), Matias Suarez (2011) et Dieumerci Mbokani (2012). Tout cela avec le régulier Tom De Sutter en réserve de la république… Une richesse qui, 7 années plus tard, plonge les supporters mauves dans des abîmes de nostalgie...

Des Play-Offs en demi-teinte

Le 19 mai 2013, c'est l'épilogue. Comme 3 ans plus tôt lors de Genk-Standard, c'est une "finale" qui va déterminer le champion. Unité de temps, de lieu et d'action. C'est au Stade Constant Vanden Stock qu'un des deux protagonistes coiffera les lauriers. Soit pour le 32e titre de l'un, soit pour le tout premier de l'autre.

Ces Play-Offs ont été éprouvants pour les deux formations. Tous les points mis en jeu ont été presque équitablement répartis entre les 6 équipes qualifiées (ndlr : en 10 éditions, c'est d'ailleurs la seule, avec 2011-2012, à n'avoir vu aucune équipe atteindre les 20 points !). Le FC Bruges a réussi la meilleure série (19/30), mais en partant de la 4è place, avec 7 points de retard sur Anderlecht, la marge était juste trop grande pour prétendre au titre.

Déjà au coude à coude durant la phase classique, Anderlecht et Zulte-Waregem ne se sont pas lâchés non plus durant les Play-Offs : 15/30 chacun ! Les Bruxellois sont mal entrés dans l'épreuve (5/18 à l'occasion des 6 premiers matchs !) mais ont repris leur sort en main grâce à un 9/9 (2-0 contre le Standard, 1-2 à Genk et 2-4 à Lokeren). Les Flandriens, eux, ont occupé la tête à la mi-épreuve grâce à des succès 3-4 au FC Bruges et 2-1 contre...Anderlecht. Deux défaites les ont ensuite fait redescendre d'une marche, avant que deux victoires (2-3 à Lokeren et 5-2 contre le FC Bruges) ne leur redonne espoir pour la joute finale.

Ce 19 mai, cela sent forcément le titre. Mais cela sent aussi les départs et les hommages. Marcin Wasilewski s'apprête à quitter Anderlecht pour Leicester. Avant le match, il reçoit un tableau à son effigie, les chaudes félicitations de Roger Vanden Stock et une vibrante clameur de tout un stade. Des larmes coulent sur sa joue pendant que Lucas Biglia (malade à Lokeren 3 jours plus tôt) sait qu'il s'apprête, lui, aussi, à refermer son long chapitre anderlechtois (2007-2013, soit une saison de plus que Wasyl). Le rêve italien l'attend à la Lazio Rome...

A Zulte, la pression a fini par monter... et la marmite a même débordé lors de la défaite 0-4 contre Genk (7e journée). Buteur à Anderlecht en phase classique (lors de la victoire 0-1 du 27 février), Frank Berrier est laissé sur le banc pour le match du titre, conséquence d'une altercation avec Mbaye Leye, le soir de la défaite contre Genk, et qui a laissé des traces… Ce soir là, en effet, le Sénégalais avait giflé le Français après avoir loupé la conversion d'un pénalty, irrité par les commentaires de celui-ci… Après le match, Leye avait même déclaré : "La saison prochaine à Zulte, il y aura Mbaye Leye ou Frank Berrier, mais pas les deux". Juste prophétie puisque, quelques semaines plus tard, Berrier mettait le cap sur Ostende...

Zulte champion...pendant 3 minutes !

Devant 26.361 spectateurs (record de la saison), le match débute dans une certaine crispation pour les Anderlechtois. Incapables d'approcher le domaine de Bossut, ils subissent les assauts d'un Zulte...obligé de gagner pour être sacré champion. La fin de la première mi-temps est animée. A la 43e minute, un coup franc, décalé sur la droite, de Biglia trouve la tête de Guillaume Gillet. Reprise sur Bossut. C'est la première occasion cadrée des Anderlechtois, qui récidivent dans le temps additionnel avec un nouveau coup franc de l'Argentin, qui voit cette fois Bram Nuytinck reprendre le ballon de la tête...sur la barre transversale.

A la reprise, Dury joue son joker. Il remplace Ibrahima Conte (futur Anderlechtois) par son arme fatale, Franck Berrier. 10 minutes plus tard, stupeur au Parc, Zulte trouve l'ouverture. Une action remarquable, initiée par un superbe travail sur la droite de Thorgan Hazard (futur Soulier d'or) et prolongée par un centre de Leye, trouve Jens Naessens au second poteau. La tête croisée de l'attaquant flandrien fait mouche. Zulte est virtuellement champion de Belgique !

Mais la joie est de courte durée. 3 minutes plus tard, Anderlecht obtient un coup franc, décalé sur la droite par rapport au grand rectangle. Lucas Biglia le frappe et Mbaye Leye (l'une des trois briques du mur flandrien) dévie le ballon hors de portée de Bossut, pris à contre-pied. Biglia ne le sait pas encore, mais son 5è et dernier but personnel de la saison, va offrir le titre à sa futur ex-équipe...

Après cette égalisation, Anderlecht reçoit encore deux possibilités de prendre l'avance via Suarez et Kljestan, mais au lieu de cela, c'est une fin de match nerveuse et stressante qui attend les hommes de John Van den Brom. A 10 minutes de la fin, Cheikhou Kouyaté tackle dangereusement Jens Naessens, les deux pieds en avant. Son exclusion est directe et logique. En infériorité numérique, le sporting est aux abois. Jovanovic cède sa place à Wasilewski et le stress perdure jusqu'à la dernière minute et un coup franc de Zulte, botté de la ligne médiane. Bossut monte, espérant une issue "à la Bolat", mais le ballon délivré par Hazard ne trouve que les gants de Silvio Proto. Monsieur Gumienny en reste là et met un terme aux débats. Anderlecht décroche son 32e titre dans la sueur. Et pour 30 minutes de trop, Zulte-Waregem loupe une occasion unique d'inscrire une ligne inattendue à sa palmarès...

Les équipes

Anderlecht : Proto ; Gillet, Kouyaté, Nuytinck, Safari (64è Deschacht); Kljestan, Biglia, Praet (62è De Zeeuw); Suarez, Mbokani, Jovanovic (85è Wasilewski)

Zulte-Waregem : Bossut ; De fauw, Colpaert, D'Haene, Verboom; Delaplace, Junior Malanda (80e Skulason); Conte (46è Berrier), Leye, Hazard; Naessens

Les buts : 56è Naessens (0-1), 59è Biglia (1-1)

Exclusion : 80è Kouyaté

Arbitre : M.Gumienny