Renaud Emond et Theo Bongonda auraient dû obtenir un pénalty

Johan Verbist (Coordinateur arbitrage URBSFA) est revenu sur différentes phases qui ont fait débat lors de la 11ème journée de championnat. Selon son analyse, aussi bien le Standard (en déplacement à Mouscron) que Zulte Waregem (à Charleroi) auraient dû obtenir un pénalty. Explication. 

La première phase concerne le match entre l'Excel Mouscron et le Standard qui s'est soldé sur un score vierge. "A la suite d’un tir au but de Sébastien Pocognoli, la gardien Jean Butez relâche le ballon. Renaud Emond arrive le premier et pousse la balle à droite à côté du gardien pour l’éviter en passant à gauche. À ce moment-là, Jean Butez tend sa jambe et touche l’attaquant. Ici, le VAR aurait dû intervenir afin qu’un pénalty soit donné", a estimé Johan Verbist.

La deuxième phase litigieuse est celle du pénalty non accordé à Theo Bongonda en faveur du Essevee. Le médian du club flandrien a même écopé d'un carton jaune pour simulation. 

"À la suite d’une passe en profondeur, Theo Bongonda entre en possession de la balle juste avant le petit rectangle. Il se joue du gardien, lequel glisse pour l’envoyer au tapis. Une intervention du VAR aurait été nécessaire ici afin qu’un pénalty soit donné", a expliqué Johan Verbist. Zulte Waregem, lanterne rouge du championnat, a finalement perdu 3-2.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK