Raman : "Quand tu gagnes un match sur quinze, c'est difficile"

Benito Raman était logiquement très déçu après avoir vu la victoire échapper au Standard dans les arrêts de jeu pour la deuxième fois d'affilée lors de ces play-offs II. Rejoint en toute fin de match par l'Union Saint-Gilloise (2-2) au Stade Roi Baudouin, le club liégeois n'a remporté qu'une seule de ses quinze dernières rencontres, mais l'ailier tient à positiver et estime qu'il est toujours possible de terminer en tête du Groupe A.

"C'est deux fois la même chose : contre Saint-Trond, on prend le but égalisateur à la 94ème minute, et aujourd'hui aussi, a pesté Benito Raman au micro de la RTBF. On a trop reculé en seconde période, c'était déjà le cas le week-end dernier. L'Union n'a pas eu de grosses occasions, mais il suffit d'un ballon qui tombe bien pour que ce soit but. Quand on gagne un match sur quinze, c'est difficile, c'est une période très difficile. On doit se servir de chaque match pour réagir. Il y a eu un mieux lors de ces deux derniers matches. Le résultat n'est pas bon, mais le niveau de jeu s'améliore."

"Certains disent que nous ne sommes plus derrière le coach ? Ce n'est pas vrai, a repris l'ancien joueur de La Gantoise. Si c'étais le cas, après l'ouverture du score dans le premier quart d'heure, cela aurait dû être 2-0, puis 3-0... Or, on a mené 1-2. On joue toutes les semaines pour gagner, mais ce n'est pas le cas pour le moment. Il nous reste sept matches pour réagir, on y croit toujours. Ce n'est pas fini."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK