Quelles sont les principales raisons du sacre du FC Bruges ?

Le FC Bruges a décroché le titre de Champion de Belgique. Les Blauw en Zwart ont dominé la saison et méritent amplement ce sacre mais alors que la route semblait sans encombre, ils se sont malgré tout fait peur durant les POI.

S’il fallait retenir 4 éléments clés du titre brugeois, on pointerait naturellement les suivants :

1. Le FC Bruges, une machine et une terrible frappe offensive

Bruges, ce fut tout simplement une machine en championnat... durant la phase classique. Meilleure attaque, intraitable à domicile, un jeu fluide et porté vers l’avant, le Club a infligé des claques notamment à Anderlecht (5-0) ou au Standard (4-0). Cela a été moins brillant durant les POI au cours desquels on a senti des Brugeois plutôt nerveux et moins inspirés. Sans conséquence finalement.

Le titre, le 15eme de l’histoire du Club, est loin d'être volé. C’est simple, sur l’ensemble de la saison, une seule fois, le Club n’a pas été en tête du championnat. C’était lors de la 6ème journée. Charleroi trônera ainsi seul en tête de la compétition l’espace ... d’une semaine. Dès la 7ème journée, Bruges reprendra la place de leader pour ne plus jamais la quitter.

2. Anthony Limbombe, plus qu’une révélation

Sous les ordres de Michel Preud’Homme qui l’avait attiré dans la Venise du Nord, Anthony Limbombe avait montré de belles aptitudes.

Le flanc gauche a confirmé cette saison, au point de devenir un des éléments incontournables dans le dispositif d’Ivan Leko. Ses prestations ont séduit Roberto Martinez, le sélectionneur national, qui lui a offert du temps de jeu lors du match amical que les Diables rouges ont remporté 4-0 contre l’Arabie Saoudite le 27 mars dernier. 

Son absence, pour blessure, dans la fin des POI, permet d'expliquer sans doute en partie la baisse de régime du club brugeois.

3. Vormer - Vanaken, les relais du coach

Ruud Vormer, le Soulier d’Or, et Hans Vanaken ont été les maîtres à penser et à jouer de cette formation brugeoise. Ils ont été tout simplement les plus réguliers et ont parfaitement joué leur rôle de relais du coach sur le terrain !

4. Ivan Leko, un jeune coach aux idées claires

Suite au départ de Michel Preud’Homme, les dirigeants ont surpris au niveau du choix du successeur. Et ce, en optant pour un ancien de la maison, le Croate Ivan Leko (40 ans). Ce dernier avait effectué une saison plutôt correcte à la tête de Saint-Trond.

Il a tout de suite réussi à installer son système et a relancé notamment un joueur comme Brandon Mechele. Le défenseur central avait été prêté la saison passée à Saint-Trond où il était dirigé par ... Leko.

Son football résolument offensif a plu au public et comme les résultats ont immédiatement été là en championnat, la sauce a pris rapidement. Les doutes (en ce qui concerne son manque d’expérience dans un club du top) se sont ainsi vite envolés. Il a signé à Bruges pour être champion, mission accomplie !
Tout n’a cependant pas été parfait pour le jeune coach du Club. L’élimination prématurée en Coupe d’Europe et une élimination en 1/2 finale de la Coupe de Belgique face au Standard sont les principaux points noirs sur le bulletin sur le bulletin d’Ivan Leko.

La saison prochaine, Bruges est assuré de participer à la phase de poules de la Ligue des Chamoisons. Leko aura pour tâche de faire mieux que MPH qui, en 2016-2017, avait récolté zéro point dans cette complétion avec les Blauw en Zwart.

Le principal bémol de la saison, c'est sans nul doute les gardiens. Le Club en a utilisé 5 (Horvath, Hubert, Butelle, Vermeer et Gabulov) mais aucun n’a réellement convaincu. Aucun n’a été fiable à 100%. 
Cela aurait pu porter à conséquence dans la course au titre ... Les erreurs ont finalement été compensées par la force de frappe offensive. Le 4-4 face au Standard durant les POI constitue un bien bel exemple ... Ce sera l’un des postes à renforcer pour la saison prochaine.


Découvrez ici les infos et stats du FC Bruges.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK