Quelles sont les conséquences pratiques de l'arrêt Bosman ?

Image d'illustration
Image d'illustration - © YORICK JANSENS - BELGA

20 ans après l’arrêt Bosman le monde du football a énormément évolué. Les plus hautes instances du football et les clubs se sont adaptés. La FIFA a même profité de cet arrêt européen pour l’étendre au reste du monde.

L'arrêt Bosman a été une véritable révolution pour le monde du football. C'est le fonctionnement des clubs qui a dû changer du jour au lendemain. Le Manager d’Anderlecht Herman Van Holsbeeck se souvient de ce changement radical. A l’époque il travaillait au RWDM.

"Avant l’arrêt Bosman, quand un gamin de 12 ans signait une lettre d’affiliation c’était le club qui décidait de la carrière du joueur. Beaucoup de joueurs ont d’ailleurs dû rester toute leur vie dans un même club. Et puis avec cet arrêt chaque joueur en fin de contrat a pu décider lui-même dans quel club il voulait jouer ", explique le manager du RSCA.

Très vite les clubs ont trouvé la parade et au final les choses n'ont pas fondamentalement changées. Les clubs se sont adaptés à cette nouvelle règle de transferts pour éviter de perdre de grosses sommes d’argent. Maître Luc Misson avocat de Jean-Marc Bosman à l’époque l’a très vite constaté : "L’arrêt Bosman ne prévoit la liberté du joueur de quitter son club qu’à la fin de son contrat. Mais les joueurs n’arrivent plus à la fin de leur contrat. Les bons joueurs se voient systématiquement proposer des prolongations de contrat pour qu’ils ne soient jamais libres et donc jamais gratuits "

Le Sporting d’Anderlecht l’a bien compris. Les Mauves proposent très vite des contrats de longue durée aux jeunes joueurs. C'est le cas notamment de Youri Tielemans lié à Anderlecht jusqu'en 2020... Ces contrats longue durée permettent de vendre les joueurs n'importe quand et à très bon prix.

"La saison dernière nous avons venu Mitrovic et Mbemba à Newcastle pour 30 millions d’euros. Les deux joueurs avaient encore deux années de contrats. Le moment était venu de les vendre pour rentabiliser notre investissement sur ces deux joueurs en sachant très bien qu’ils n’allaient plus signer un nouveau contrat à Anderlecht", confie Herman Van Holsbeeck.

L'arrêt Bosman a également supprimé la limitation du nombre de joueurs extra européens dans les clubs du vieux continent. La FIFA a rapidement décidé étendre cette règle à l'ensemble du football mondial. La FIFA a profité de l’arrêt Bosman pour renforcer l’hégémonie les clubs les plus riches, ce que regrette Maître Luc Misson : "Les plus grands clubs qui se trouvent tous sur le continent européen ont tous les états de la planète pour aller chercher des joueurs. Ce qui explique pourquoi les grands clubs pillent les meilleurs talents en Amérique du Sud et en Afrique".

Ce qui explique qu’aujourd'hui quelques clubs seulement se partagent les meilleurs joueurs du monde. La distribution des droits télé n’arrange rien. Les clubs riches continuent donc à s’enrichir et à proposer des salaires incroyables aux meilleurs joueurs de la planète.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK