Proto égratigne le discours de Leye : "Je suis resté sans voix. Il faut qu'il donne du crédit aux joueurs, de la confiance"

Anderlecht a publié ce jeudi un podcast avec Silvio Proto. Le club bruxellois met en avant son gardien, qui a annoncé sa retraite sportive il y a quelques semaines. Dans cet entretien d’une heure, avec Guillaume Gillet, Silvio Proto revient sur parcours, son souhait de rejoindre le RSCA, sa superstition, sa passion pour le golf ou son dégoût de l’injustice.

Il aborde aussi le cas de la psychologie des coaches sous lesquels il a évolué. Pour lui, le meilleur était John van den Brom.

"John avait le feeling pour sentir le vestiaire et savoir ce dont les joueurs ont besoin. Ce coach m’a marqué humainement" explique Silvio Proto. "Par exemple, un jour j’ai voulu faire un break de quelques jours. On n’avait pas match car c’était l’équipe nationale. Quand je lui ai demandé pour m’absenter et aller à New York, il m’a dit que je n’avais pas à le demander car il me faisait confiance et savait que j’étais sérieux."

"Dans le monde du foot, tu n’as pas beaucoup de coaches comme cela" enchaîne l’ex-portier Louviérois. "Beaucoup jouent au gendarme. Ces gens-là n’ont rien compris. On n’est pas des enfants de 6 ans que tu dois mener à la baguette".

"Je suis tombé sur le speech de Mbaye Leye après la qualification en Coupe du Standard face à Bruges" avance pour exemple Silvio Proto. "Je crois qu’il dit aux joueurs "je ne vais pas vous féliciter pour ce match". Sans le critiquer, je suis resté sans voix. Son équipe vient de battre Bruges, qui est au-dessus de tout le monde. Il faut qu’il donne du crédit aux joueurs, de la confiance. Résultat, ça donne l’effet inverse, ils ont perdu à Mouscron. Je ne sais pas si cela est dû à cela mais la psychologie dans le football est trop négligée. Beaucoup de coaches devraient prendre exemple sur John Van den Brom. Il savait comment récompenser ses joueurs."

"Je ne veux pas être agent mais je veux être conseiller"

La page professionnelle tournée, l’ancien gardien anderlechtois veut garder un pied dans le monde du football et se met à disposition des joueurs, jeunes ou moins jeunes, pour les aiguiller vers le bon choix de carrière. "Je veux utiliser mes expériences de carrière, qu’elles soient positives ou négatives. Je ne veux pas être agent mais je veux être conseiller. Déjà beaucoup de joueurs m’ont appelé pour avoir un conseil sur leur carrière. Je les conseille comme si je devais prendre la décision pour moi-même" termine Silvio Proto. "Ça peut concerner tous les aspects, comme la nutrition. Certains clubs m’ont aussi contacté. C’est une approche globale."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK