Projet, mercato, non-venue de Mbokani, niveau de jeu décevant: Michael Verschueren passe sur le gril à la Tribune

Michael Verschueren, directeur sportif du RSCA, était l’invité de La Tribune, articulée autour de Michel Lecomte, de Benjamin Deceuninck et de leur équipe ce lundi. Le dirigeant Anderlecht a répondu aux nombreuses questions sans éluder celles qui fâchent.

Le projet, toujours le projet: "On est à 200% derrière"

"On a introduit un projet" explique Michael Verschueren qui ne veut pas changer la ligne dictée avec l'arrivée de Vincent Kompany. "On est à 200% derrière. Encore plus que hier. Ce que je ne veux pas voir, ce sont des joueurs qui ne se donnent pas à 100%. Ils ont envie de se donner à fond, de montrer de quoi ils sont capables."

Le niveau de jeu décevant: "Contre Ostende, on a vu que c'est l'ensemble qui n'a pas fonctionné"

"Contre Ostende il manquait cette envie de se battre et de gagner le match. Les joueurs sont motivés. Le groupe est motivé. J'en ai parlé avec Vincent Kompany et Franky Vercauteren. Mais après on ne voit plus cette motivation sur le terrain.

Il y a des matches qui sont beaucoup moins bons que ce que l'on espère. Mais il y a des explications. Il y a pas mal de blessés. quand on regarde le mercato d'été, il y a des joueurs achetés ou loués qui ne jouent pas pour l'instant parce qu'ils sont blessés.

D'autre part, on joue avec beaucoup de jeunes. Plus que ce qui était initialement voulu. Et on le sait avec les jeunes, il y a des moments où cela va moins bien.
Contre Ostende, on a vu que c'est l'ensemble qui n'a pas fonctionné. Il y avait un manque de qualité de tout le monde.
"

La gestion de la pression: "Jouer a Anderlecht, c'est plus difficile que de jouer ailleurs"

On le sent, la pression est bien présente. Parfois les joueurs semblent paralysés par l'enjeu. "Le staff est là pour cela. Il y a Kompany, vercauteren, Zetterberg. Ce sont des champions. Ils ont gagné des titres. C'est à eux d'expliquer aux jeunes et de les faire grandir. On y travaille au jour le jour mais un jour le beurre va prendre. Jouer a Anderlecht, c'est plus difficile que de jouer ailleurs. La pression est énorme."

Le mercato à venir et celui de l'été 2019: "On veut renforcer l'équipe sur 2 ou 3 positions"

Au rayon des mercatos des deux dernières années, il y a peu de réussite à pointer. Nos consultants Marc Degryse et Philippe Albert pointent Chadli, Van Crombrugge, Sandler et Didillon. "Vincent Kompany est aussi une réussite" ajoute Michael Verschueren . Le faire revenir est une chose extraordinaire. Le projet est sur le long terme et est beau pour le Sporting. Michel Vlap a marqué le pas ces dernières semaines. Mais je suis convaincu que ce joueur a de la qualité."

"On est train de travailler sur le mercato de janvier. On veut renforcer l'équipe sur 2 ou 3 positions. On a la possibilité financière de faire les transferts qu'on a pointé."

Dieumerci Mbokani aurait pu revenir à Anderlecht: "Oui, on regrette"

"Au moment où son agent est venu chez moi, au début de la saison dans mon bureau, les conditions financières me semblaient exagérées. On en a discuté avec plusieurs personnes dans le club et on a dit non. Alors oui, par après, on voit qu'il marque beaucoup de buts et qu'il n'a jamais été blessé. Donc par après, oui, on regrette." Ajoutant que Vadis "a été présenté deux fois et on a décidé de ne pas le prendre."

Le départ de Frank Arnesen: "Travailler avec une base de données beaucoup plus large"

"En faisant venir Vincent Kompany, on savait que cela allait avoir un impact sur le département scouting et de la manière dont on va travailler. Pour l'avenir je veux travailler avec une base de données beaucoup plus large qu'un réseau d'agents qui est en relation avec Mr Arnesen."

La philosophie du club: "Un style de jeu très offensif et très complexe"

"C'est un style de jeu très offensif et très complexe. On part de l'arrière et on essaye de jouer au football. Et on essaye de faire appliquer ce système dans l'Académie. Des plus jeunes à l'équipe première. On doit reformer un département de scouting afin de trouver les profils qui se fondent dans le système. C'est un travail sur le long terme. Mais je pense qu'on a déjà aujourd'hui assez de qualités pour être compétitif et aller chercher une place en Europe."

Yari Verschaeren en méforme: "On oublie qu'il n'a que 18 ans"

"C'est un jeune joueur. On oublie qu'il n'a que 18 ans" affirme Michael Verschueren pour défendre son joueur, dans le creux pour l'instant: "Oui, c'est sans doute lié au mental. C'est un jeune joueur et c'est la différence avec un joueur de 25 ans." Nos consultants Philippe Albert et Marc Degryse pensent qu'il faut le faire souffler mais soulignent qu'il n'y a pas de solution dans l'effectif pour suppléer le néo-Diable.

Une dernière promesse aux supporters?

"On va tout faire pour que cela aille mieux. Le but est de décrocher un prix." Et d'expliquer que "la coupe est extrêmement importante."


 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK