Pro League : après le pétard jeté vers le gardien de OHL, le Standard doit fermer une partie de ses tribunes

Le Comité disciplinaire de l’Union belge de football a infligé au Standard la fermeture d’une partie des tribunes lors de son prochain à domicile. Cette sanction est la conséquence du pétard qui a explosé, il y a un plus d’un mois, à côté du gardien d’Oud-Heverlee Louvain Romo.

Lors du match entre le Standard et OHL (2-2) du 16 octobre, le coup d’envoi avait dû être reporté en raison de la fumée provoquée par les fumigènes qui réduisait la visibilité sur le terrain. Des fumigènes ont également été allumés par les supporters locaux après les buts liégeois. Dans les arrêts de jeu, un pétard a explosé juste à côté de Romo. L’arbitre a arrêté le match, mais d’autres pétards ont explosé. Les auteurs se trouvaient en tribune 4, où le noyau dur des supporters liégeois s’assied habituellement.

Le Parquet fédéral a rappelé les antécédents du Standard à propos du matériel pyrotechnique et a souligné que les conséquences pour Romo, qui était bouleversé après l’explosion, auraient pu être pires. C’est pourquoi le procureur fédéral réclamait un match à huis clos. Le Standard a contesté sa propre responsabilité pour la mauvaise conduite d’individus et a plaidé une sanction plus légère.

Fermeture de quatre blocs tribunes pour le prochain match

Le Comité disciplinaire a estimé que le Standard était effectivement responsable des incidents impliquant des supporters selon les règlements fédéraux et qu’il ne "parvient toujours pas à interdire le matériel pyrotechnique dans le stade et à garantir la sécurité des joueurs, des officiels et des supporters."

Ces dernières années, le Standard a été sanctionné à plusieurs reprises pour le jet de projectiles et l’utilisation de matériels pyrotechniques. Le Comité disciplinaire a noté que les auteurs se trouvaient souvent en Tribune 4, raison pour laquelle il a décidé de fermer quatre blocs (D4, E4, F4 et G4) pour le prochain match à domicile du club. Le Standard peut encore fait appel de la décision, ce qui fait que la date à laquelle cette mesure prendra effet n’est pas encore connue.

À LIRE AUSSI

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK