Pour un (nouveau) flirt avec le LOSC, l'Excel Mouscron ferait-il n'importe quoi ?

L'Excel Mouscron sera-t-il officiellement racheté par le LOSC voisin? Les négociations sont en cours. Avec, si elles aboutissent, un vrai mariage et non un simple flirt.
L'Excel Mouscron sera-t-il officiellement racheté par le LOSC voisin? Les négociations sont en cours. Avec, si elles aboutissent, un vrai mariage et non un simple flirt. - © RTBF

"Pour un flirt avec toi, je ferais n’importe quoi…". Ces dernières années, à l’Excelsior (jusqu’en 2010) et à l’Excel (depuis 2015), on a fait de la populaire chanson de feu Michel Delpech un véritable hymne. Les dirigeants mouscronnois aiment varier les flirts, semble-t-il. Tantôt avec de chauds Espagnols, tantôt avec de froids Kazakhs, tantôt avec de chauvins Français, tantôt avec de richissimes Thaïlandais, tantôt avec de pragmatiques Anglais… L’amour n’a pas de frontières, c’est vrai, même quand elles sont fermées pour cause de pandémie. Mais malgré tout, un peu de stabilité sentimentale ne ferait pas de tort au Canonnier.

>>> LIRE AUSSIL'Excel Mouscron définitivement sauvé ? Pas certain...

Dans sa première vie, le club a été plutôt sage, fidèle à son emblématique président Jean-Pierre Detremmerie et à son Intercommunale "vache à lait" IEG. Mais par la suite, affaibli par de récurrentes difficultés financières, il est devenu beaucoup plus volage, vivant régulièrement au crochet de nouveaux partenaires, certains plus riches, plus sincères, plus honnêtes que d’autres.

L’actuel conjoint est asiatique, Pairoj Piempongsant. Il détient 90% des parts de l’Excel. Mais il en a marre de sa vie de couple en Belgique, déçu par le peu d’exposition de la Pro League et lassé par un quotidien manquant clairement de piment. Même s’il a aidé le REM à décrocher sa licence en se portant garant devant la Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport, il veut rompre et cherche donc un repreneur qui pourrait être… le LOSC voisin, le Lille Olympic Sporting Club, que l’Excel connaît bien puisque les deux structures ont déjà batifolé ensemble dans un passé récent.

Les Lillois ont en effet été actionnaires majoritaires de Mouscron de 2012 à 2015. Malgré quelques tensions plutôt banales dans une relation amoureuse, la rupture est devenue inévitable lorsque le duo est devenu trio avec l’arrivée dans le ménage d’un certain Marc Coucke, à l’époque président d’un autre club belge, Ostende. Le triangle amoureux ne pouvait durer. Coucke voulait investir beaucoup d’argent au LOSC, le LOSC a dès lors choisi Coucke. D’autant plus que la règlementation en vigueur sur les conflits d’intérêts l’empêchait d'"aimer" deux équipes noires-jaunes-rouges à la fois. Mais voilà, après avoir séduit avec ses beaux billets la belle Lilloise à l’accent chti, le milliardaire l’a rapidement lâchée pour une autre, la moribonde Anderlechtoise à l’accent brusseleer

Depuis, le LOSC a été racheté (il y a un peu plus de trois ans) par l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez. Gerardo Lopez Fojaca, de son vrai nom complet, a de l’ambition mais les temps sont durs. Malgré des finances au plus mal, il aimerait trouver une structure satellite pour offrir aux pépites de son centre de formation une étape intermédiaire avant le grand saut en Ligue 1. Ses origines ibériques l’ont d’abord naturellement poussé vers le sud. Amor amor amor… Voilà le LOSC sous le charme de Belenenses, une Lisboète toute bronzée mais mal-aimée des autorités locales qui n’ont d’yeux que pour le Sporting et le Benfica. Malgré des étoiles plein les yeux, le câlin entre le LOSC et Belenenses n’a pas provoqué l’étincelle espérée. 

Alors, le bientôt quinqua luxo cherche encore. Et il a peut-être trouvé. Il se confirme que des négociations ont été entamées pour un rapprochement sérieux entre les clubs de Lille et de Mouscron, deux villes séparées de quelques kilomètres à peine. Certes, le premier flirt s’était mal terminé. Mais les acteurs de ce film romantique (et un peu comique aussi) ont changé : Edward Van Daele et Michel Saydoux ne font plus partie du casting, les héros de la "love story" ont désormais pour noms Patrick Declerck et Gérard Lopez. De bonne source, il nous revient qu’un accord pourrait déjà être trouvé pour cette fin de semaine. Accusé d’être dirigé par des agents de joueurs, Mouscron veut absolument se débarrasser de son encombrant passé et se refaire une virginité. L’excitation est montée d’un cran ce week-end. Il ne s’agit plus d’une rumeur mais bien d’une réalité. Les contacts entre les deux tourtereaux sont de plus en plus rapprochés. Ça sent le baiser. Et s’il se confirme, les supporters hurlus espèrent, cette fois-ci, un mariage longue durée. Avec, si possible, une dote bien fournie pour éviter un budget 2020-2021 trop raboté (il est censé passer de 8 millions d’euros à… 5,5 millions).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK