Pierre François : "L'arbitre ayant fait le choix de jouer, il faut accepter les résultats"

Ce dimanche soir dans Complètement Foot, Pierre François s’est exprimé sur la polémique des terrains en mauvais états et les recours possibles de Courtrai et Genk.

"Bien sûr, ce ne sont pas des conditions optimales. Il est évident qu’un match sur une surface différente aurait été différent. Mais le terrain a été jugé praticable par la personne qui doit décider. Et je peux dire qu’il n’y a pas eu de gens qui ont influencé les arbitres. L’arbitre a pris la décision seule et on ne comprend pas les rumeurs diffusées", commence par nous expliquer le CEO de la Pro League.

Pierre François en a d’ailleurs profité pour dire qu’il existe des dates pour reporter les journées en cas de matches reportés. "Les 17 et 24 février. Qu’on ne vienne donc pas dire qu’on n’a plus de date possible pour rejouer. Les arbitres doivent seulement juger l’état du terrain, les dates de remise, ce n’est pas leur problème."

Des propos qui ont été complétés par notre consultant Nordin Jbari sur l’état des terrains : "Je peux comprendre que c’est compliqué avec le calendrier. Mais à mon époque, on jouait sur des terrains comme ça. Hier, j’étais à Charleroi et tout a été fait pour pratiquer le foot. Honnêtement, les plaintes de Genk, c’est du n’importe quoi. Mouscron a joué sur le même terrain. C’est mieux si on a des moyens. Et là il faudrait peut-être parler avec la Pro League."

>> Lire aussi : Le département arbitrage défend la tenue des matches sur la neige

>> Lire aussi : Bongonda après la défaite de Genk à Mouscron : "C’est une honte de jouer sur un terrain pareil"

>> Lire aussi : Courtrai et Genk déposent plainte contre l’état des terrains d’Ostende et de Mouscron

Justement, Pierre François en a profité pour ajouter sur l’obligation de protéger son terrain :

"Il faut savoir que les clubs de D1A doivent soit avoir un chauffage performant pour éviter que de la neige puisse s’accumuler, soit une bâche. Et c’est ce qu’il y a à Mouscron, Ostende et Charleroi. L’option est ouverte, mais on constate que c’est plus délicat avec la bâche car on ne peut pas la laisser si on ne sait plus l’enlever. Et c’est ce qui s’est passé à Charleroi. Le terrain était déblayé à midi. Il faudra que la discussion vienne des clubs sur le chauffage."

Avec les décisions de jouer, il ne devrait a priori pas avoir de remise de match comme le confirme Pierre François : "Je n’aime pas les recours. Il y a bien dans le règlement une possibilité de recours lorsque le terrain n’est pas conforme, mais ça n’a rien à voir sur le terrain praticable ou non. Je m’étonne donc. Je crois que l’arbitre ayant fait le choix de jouer, il faut accepter le résultat. Même si je comprends les dirigeants et joueurs de ne pas jouer sur ces terrains, il y avait des bâches mises et tout a été mis en place pour jouer le match. Je voudrais que ce soit juste un épisode neigeux provisoire et qu’on s’en tienne à ses résultats."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK