Pascal Scimè : "Je n'ai vu ni justesse, ni prise de risque, ni personnalité dans le chef du Standard"

Ce dimanche dans "Complètement Foot", David Houdret, Pascal Scimè et Thomas Chatelle sont longuement revenus sur la victoire d'Anderlecht face au Standard de Liège lors du Classico (1-3). Ils ont notamment évoqué la supériorité individuelle des joueurs mauves lors de cette rencontre.

Thomas Chatelle, notre consultant a trouvé que les Bruxellois méritaient leur victoire : "Anderlecht est sorti vainqueur de ce classico et relativement méritoirement. C'était rigoureux. Le plan était bien appliqué et c'est ce qui a permis qu'ils s'en sortent par rapport à un Standard qui n'a pas su créer suffisamment."

Et Pascal Scimè de préciser : "Anderlecht a mieux géré ses temps forts. Le Standard a été trop stérile." Selon lui, certains Liégeois n'étaient pas au niveau lors de cette rencontre. "J'ai trouvé des joueurs qui étaient clairement en deçà, alors que leur équipe est en crise de résultats et qu'elle a besoin d'un résultat contre l'ennemi héréditaire pour se relancer. Tu n'as pas uniquement besoin de grinta, de courage, d'envie, tu as besoin de personnalité, tu as besoin de football, tu as besoin d'oser, de prise de risque et tu as besoin de justesse. Aujourd'hui, j'ai vu ni justesse, ni prise de risque, ni personnalité dans le chef du Standard."

En titularisant Diaby aux côtés de Nmecha, Vincent Kompany a posé énormément de problèmes au Standard.

Il ajoute : "Je ne pointe pas du doigt les plus jeunes comme par exemple, Balikwisha. Aujourd'hui, ça a été un match très, très compliqué pour lui. Mais plutôt les leaders techniques que sont Mehdi Carcela, que sont Selim Amallah, indépendamment de son but, on était en droit d'attendre beaucoup plus au milieu de terrain. Un Samuel Bastien aujourd'hui n'a pas eu le rendement qu'on est en droit d'attendre de lui. Aujourd'hui et par moments, le leader technique, celui qui donnait l'impulsion, a été Bokadi."

Thomas Chatelle confirme "Cela fait quelques matchs que c'est Bokadi qui donne l'impulsion. On a l'impression que ça plafonne au niveau des leaders de ce groupe. Et donc, c'est assez inquiétant de voir qu'on ne trouve pas les solutions. Certains ont l'excuse de revenir de blessure et de ne pas avoir encore de rythme suffisant. Mais d'autres, ça fait quelques matchs qu'ils reçoivent leur chance, qu'ils reçoivent les clés de l'équipe, là on pense plus particulièrement à Carcela, et ne parviennent plus à faire cette différence. Et ce n'est pas faute de bonne volonté. Ils n'y arrivent tout simplement pas."


►►► À lire aussi : Breda sur la faute de Lawrence : "La carte rouge est indiscutable"


En forme depuis quelques semaines, Joao Klaus n'a pas réussi à marquer ce dimanche. Et selon Pascal Scimè, c'est un problème de collectif. "Klaus a énormément dézoné. Mais il l'a fait parce qu'il est généreux et que c'est son type de football pour aider l'équipe. Mais l'équipe ne l'a pas aidé parce qu'à partir du moment où il dézone et revient systématiquement 30 ou 40 mètres derrière sa zone de prédilection, il n'y a plus personne en phase de finition. Et donc, les centres de Siquet pouvaient arriver, il n'y avait plus personne."

En ce qui concerne Anderlecht, Pascal Scimè a été impressionné par l'attaque bruxelloise. "Je pense que Vincent Kompany, en titularisant Diaby aux côtés de Nmecha a posé énormément de problèmes au Standard. Vous me direz que l'on a peu vu Diaby. Oui, mais Diaby fixait et Nmecha a été l'un des meilleurs sur le terrain avec Cullen. Diaby n'a pas touché beaucoup de ballons mais il occupait l'espace alors que l'attaquant allemand allait à gauche, à droite ... il protégeait son ballon et créait des brèches dont ont bénéficié Mukairu et Amuzu qui a bénéficié des largesses de son opposant."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK