Olivier Deschacht de retour à Anderlecht, entre émotions et regrets

Après 21 ans passés à Anderlecht, dont 17 dans le noyau A, Olivier Deschacht a quitté cet été ‘sa’ maison mauve. Un départ amer dont il a gardé une certaine rancune. Le défenseur de 37 ans défend désormais les couleurs de Lokeren et revient ce jeudi pour la première fois au Parc Astrid à l’occasion de la 13ème journée de Pro League. Un retour forcément empreint d’émotions.

"Ce sera vraiment un match particulier pour lui, assure à la DH le père du joueur. Pendant plus de vingt ans, il a toujours été soutenu par l’ancienne direction et les supporters. Il sera ému. Ce sera même peut-être son dernier match sur cette pelouse anderlechtoise."

Quatre mois après avoir vu la nouvelle direction lui refuser une nouvelle prolongation de contrat, l’ancien Diable Rouge (20 capes) va donc refouler la pelouse sur laquelle il a soulevé huit titres de champion de Belgique, sept Supercoupe et une Coupe.

"Quand tu as été dans un club pendant aussi longtemps, que tu as le record de matches joués (603, ndlr) et que tu as dû quitter ce club alors que tu voulais encore y jouer, tu as une énorme déception. Je pense que ça sera dur pour lui. Je le crois sincèrement quand il dit que ça va lui faire de la peine de revenir ici, avance Hein Vanhaezebrouck en conférence de presse. Mais je le connais, il va se donner à fond. Pas avec une idée de revanche, simplement avec l’envie de montrer qui il est. Il se donne toujours à 100% pour l’équipe avec laquelle il joue."

Et l’entraîneur d’Anderlecht de déplorer, à demi-mot, l’absence d’expérience et de caractère de son groupe. Deux qualités incarnées par Deschacht.

"Cette saison, on a manqué plusieurs occasions de revenir dans le coup parce qu’on n’est pas prêts pour le faire. Certains joueurs doivent progresser. Et pas seulement les jeunes. Beaucoup doivent encore évoluer. Lorsqu’on aura franchi ces paliers, on sera peut-être enfin capables de faire ce qu’on attend de nous."

Pour Thomas Chatelle, ancien co-équipier de Deschacht sous le maillot anderlechtois (2008-2012), c'est son comportement exemplaire qui manque cruellement au jeune noyau mauve.

"Il n’avait pas le profil d’un leader qui allait tirer tout un vestiaire quand c’était plus compliqué, se souvient Chatelle au micro de la RTBF. Ce n’était pas non plus un joueur qui allait sortir toute une équipe d’une situation compliquée sur le terrain. Par contre, il était là quand il fallait aller au charbon, il était rarement blessé, il était toujours présent aux entraînements. Il avait un rôle d’exemple par rapport aux jeunes. Quand on a un noyau très jeune, c’est bien d’avoir des gars avec un comportement exemplaire qui peuvent expliquer les tenants et les aboutissants du rôle d’un joueur professionnel dans un club comme Anderlecht. La nouvelle direction anderlechtoise a fait un autre choix."

Et lorsqu’on regarde les prestations actuelles de l’arrière-garde anderlechtoise, Olivier Deschacht n’a actuellement rien à envier à des joueurs comme Bubacarr Sanneh, Antonio Milic, Ognjen Vranjes ou encore James Lawrence, tous arrivés cet été au RSCA.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK