Olivier Deschacht, 20 ans de carrière et la vie en mauve

Olivier Deschacht a annoncé ce vendredi qu'il mettait un terme à sa carrière à l'âge de 40 ans. En février dernier, il avait pourtant déclaré sur le plateau de La Tribune ne pas encore s'être décidé : "En décembre, j’avais presque décidé d’arrêter, mais ce mois a été exceptionnel pour moi. J’ai fait un assist, j’ai marqué et puis j’ai commencé à douter. Maintenant après chaque victoire le coach (ndlr. Franky Dury) me demande de continuer encore un an. Mais je n’ai pas encore décidé et je ne sais pas quand je me déciderai". 

Finalement, Oli a décidé qu'il était temps de dire stop. "C'est fini, le mental n'est plus au rendez-vous et c'est l'un de mes points forts. L'envie n'est plus là", admet aujourd'hui le gaucher.

Retour sur la carrière d'un joueur qui a connu trois décennies de Pro League...

Un coeur mauve

Tout commence en 2001 et plus exactement le 18 décembre 2001 sur la pelouse de Beveren. On joue la 83e minute du match opposant Beveren à Anderlecht lorsque Olivier Deschacht remplace Bertrand Crasson et dispute ses premières minutes dans le monde professionnel. Les premières d’une longue série avec le club bruxellois.

Au total, il jouera 602 rencontres sous la vareuse anderlechtoise et soulèvera 19 trophées avec les Mauves : 9 titres de champion (2001, 2004, 2006, 2007, 2010, 2012, 2013, 2014 et 2017), 9 Supercoupe de Belgique (2001, 2002, 2007, 2008, 2011, 2013, 2014, 2015, 2018) et 1 Coupe de Belgique (2008).

602, le nombre est gigantesque. Deschacht détient le record d’apparitions avec Anderlecht, devant Paul Van Himst. " Je ne serai jamais la moitié de Paul Van Himst, il représente énormément pour Anderlecht. De plus, à l'époque, les joueurs jouaient moins de rencontres sur une saison. Mais je ne veux pas minimiser ma performance. C'est superbe et j'en suis fier", déclarait le Gantois à l’époque. A l’heure où les clubmen se font de plus en plus rares, voire inexistants, la barre semble difficilement dépassable et le record d’Oli semble parti pour durer.

Durant sa période mauve, Deschacht a également connu du rouge, celui des Diables Rouges. En tout, le défenseur a disputé 20 matchs pour l’équipe national et compte 34 sélections. Il a porté la vareuse des Diables durant 1165 minutes.

Des piges à Lokeren puis à Zulte

Mais l’aventure mauve n’est pas éternelle et à l’entame de la saison 2018/19, l’arrière gauche doit lever le camp. Fini le temps des luttes pour le titre et les trophées, direction Lokeren. Il ne restera qu’un an et 26 rencontres au Daknam. Le temps d'inscrire un but face à son Sporting. Evidemment, pas question de célébrer pour le défenseur. Il s'excuserait presque d'avoir marqué. Pourtant, les supporters mauves sont debout et applaudissent leur ancien capitaine. Ce jour-là, c'est un des leurs qui a marqué contre eux.

C'est sans doute un des seuls moments positifs de cette saison pour Deschacht. Il dispute 24 matchs de championnat et inscrit même deux buts mais ne peut empêcher Lokeren de vivre une saison catastrophique. Avec 9 défaites sur les 11 derniers matchs, l’issue est inévitable. Lokeren est relégué en D1B.

Zulte Waregem et Franky Dury tendent alors la main à l’ancien Anderlechtois. En deux saisons, il portera 60 fois le maillot du Essevee. Pion essentiel de l’effectif de Franky Dury, il s’est très peu assis sur le banc et a enchaîné les matchs malgré le poids des années. Ne pas faire l’année de trop était cependant son credo et Deschacht décide donc de ranger les crampons au terme d’une saison lors de laquelle il a disputé 33 rencontres.

Clap de fin d’une carrière bien remplie lors de laquelle Deschacht aura joué 690 matchs, inscrit 15 buts et délivré 29 passes décisives. Mais ce n’est évidemment pas pour ses stats offensives que le gaucher est réputé. Son impact défensif, lui, est plus important. Et malgré une longue carrière, le défenseur est loin d’être un collectionneur de bristols. Alors qu’il a joué près de 700 rencontres, Deschacht n’a écopé que de 91 jaunes pour 5 rouges. Toujours présent dans les duels, l’ancien anderlechtois n’en restait pas moins un joueur propre et respectueux de l’adversaire.

Mais avec cette retraite, le championnat belge perd surtout un de ses plus fidèles serviteurs.


►►► À lire aussi : Franky Van der Elst fête ses 60 ans : 4 Coupes du monde, une carrière dévouée à Bruges et... un regret


 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK