"Ne pas être capable de faire jouer Kums, c'est un problème d'entraîneur"

Grosse discussion sur les cas Kums et Sels sur le plateau de La Tribune
2 images
Grosse discussion sur les cas Kums et Sels sur le plateau de La Tribune - © RTBF.be

Vendredi, Anderlecht a décroché, dans la douleur, un succès étriqué face à Lokeren (3-2). Le Sporting a sauvé l'essentiel mais ne convainc pas du tout. L'entraîneur suisse René Weiler est ici pointé du doigt.

"On ne peut plus se cacher derrière la jeunesse. Ce week-end (face à Lokeren, ndlr), la moyenne d'âge était de 26 ans et un seul nouveau joueur sur le terrain, à savoir Onyekuru. Il n'y a plus l'excuse des automatismes et de la jeunesse. L'an passé, René Weiler a nettoyé le vestiaire mais il doit à présent apporter du fond de jeu. Le premier à l'avoir dit, c'est son boss, Herman Van Holsbeeck. Après le match du titre à Charleroi, il a dit que l'étape suivante était d'apporter du fond de jeu. D'une manière ou d'une autre, il va devoir y arriver", a commenté Thomas Chatelle sur le plateau de La Tribune.

La "pique" de Weiler à Kums

Le cas Sven Kums, non repris face aux Waeslandiens, pose aussi question sur la gestion de René Weiler.

"Ne pas être capable de faire jouer Sven Kums, c'est un problème d'entraîneur. On rappellera que Sven Kums était le meilleur joueur de Belgique il n'y a même pas deux ans. J'ai une anecdote mais je ne citerai pas ma source. Sven Kums sort du plus mauvais match sans doute de sa carrière face à Saint-Trond et va ensuite à La Gantoise, il est titulaire pour cette rencontre et devant d'autres joueurs, le coach lui a dit : "Ah, Sven, tu es content de jouer aujourd'hui ?" Sven répond "oui" et René Weiler rétorque alors "C'est normal que tu sois content car tu joueras enfin devant ton entraîneur préféré". Ce genre de propos, ce n'est pas la grande classe", a confié Stephan Streker.

Et Thomas Chatelle d'ajouter : "C'est difficile de défendre René Weiler mais il va jusqu'au bout de ses idées. Le point d'interrogation est de savoir si, lui, il a réellement voulu Kums. C'est un joueur qui pose le jeu et a besoin de jouer dans une équipe qui a la possession de balle. Or, René Weiler est un entraîneur qui ne veut pas la possession de balle et il l'assume. Il aurait dû dire dès le début qu'il ne voulait pas de Kums car c'est un joueur qui ne correspond pas à sa philosophie de jeu".

Boeckx, le psychologue-motivateur de René Weiler

Il y a enfin la situation de Matz Sels qui a perdu la place de n°1 dans le but anderlechtois. "Dans la tête de Weiler, Frank Boeckx l'a sauvé la saison passée dans des moments très délicats et c'est, pour lui, plus qu'un gardien. C'est une sorte de psychologue-motivateur et le match face à Lokeren n'aura fait que le réconforter dans cette pensée", a conclu Thomas Chatelle.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK