Mununga sur Standard-Bruges: "Regrettable qu'il n'y ait pas le VAR pour un match aussi important"

Dans l'émission "Complètement Foot" sur Vivacité, Pascal Scimè et Joachim Mununga ont débriefé le partage entre le Standard et le FC Bruges (1-1) à l'occasion de la 28ème journée de championnat.

Sur l’influence de l’arbitrage et l’absence du VAR

"Ce match en un seul mot ? Regrettable… regrettable qu’il n’y ait pas le VAR pour une rencontre aussi importante surtout que les deux buts sont discutables", a confié Joachim Mununga.

Un avis partagé par Pascal Scimè : "C’est clair que les deux buts sont entachés. Mais ce que je ne veux pas du tout entendre, c’est que cela s’équilibre parce que les deux buts ne sont pas valables. Ce n’est pas vrai ! Si le but du Standard est annulé pour hors-jeu, le Standard joue différemment parce que c’est 0-0, pareil pour Bruges […] On peut accabler le corps arbitral quand il commet des erreurs, mais honnêtement, les premiers à blâmer, ce sont les dirigeants de la Pro League. Ne pas expérimenter le VAR sur l’ensemble des matches, cela allait donner lieu à des problèmes. Et alors le pire, l’effet domino… vous avez vu ce qui se passe en fin de match avec les joueurs qui vont pousser Monsieur Boucaut ? Pourquoi ? Parce qu’il y a toute cette frustration de toutes les mauvaises décisions. S’il y a l’assistance video, on serre la main à l’arbitre et puis au revoir et merci. […] Je ne les excuse pas, bien sûr. Je dis juste que si on avait pris des décisions en amont… Oui, cela aurait coûté de l’argent, mais combien d’argent ces mauvaises décisions vont coûter aux clubs qui ne participeront pas aux playoffs 1 ?"

Sur la physionomie de la rencontre

"Cette rencontre fut assez chouette à suivre, a concédé Joachim Mununga. Elle s’est un peu entachée en deuxième mi-temps où le Standard a un peu perdu le contrôle du match. Jusque-là il y avait un bon Standard, bien organisé, avec une force de frappe offensive impressionnante. Bruges a su bien réagir en deuxième mi-temps quand le Standard a un peu lâché le morceau, mais il n’y a rien à faire, cette rencontre a vraiment été entachée par l’arbitrage."

Et Pascal Scimè d'embrayer : "C’était un match assez décousu. Ce qui est vraiment bizarre c’est que le Standard a eu la place pour marquer ce deuxième but en deuxième mi-temps. En regardant la rencontre avec Joachim, on se disait que le Standard jouait avec le feu et qu’il devait tuer le match, qu’il devait faire mal à Bruges parce que Bruges allait finir par se réveiller. Il a peut-être manqué du liant au Standard. J’ai trouvé Renaud Emond très esseulé. J’ai l’impression que c’est tout le bloc équipe qui n’a pas joué assez haut. En première mi-temps, Bruges était friable. Il y avait moyen de vraiment lui faire mal et de rentrer avec un 2-0 à la mi-temps."

Orlando Sà sur le banc ...

"Cela peut être un choix tactique, mais quand on sait ce qu’il apporte dans le système de Sà Pinto, on se pose des questions. En même temps, sur ce qui s’est passé sur le terrain, j’avais envie de lui donner raison. L’équipe fonctionne très bien, et il y avait énormément de profondeur dans le jeu du Standard sans Sà", a analysé Joachim Mununga.

"Cela peut être interprété de plusieurs façons : soit il boude en voulant forcer son départ et le club le punit en le laissant sur le banc ; soit il va partir et on ne le fait pas jouer pour éviter qu’il se blesse alors qu’il pourrait rapporter de l’argent. La troisième interprétation, c’est le choix technique de Sà Pinto. Maintenant, personnellement, les matches du Standard qui m’ont plu le plus, c’est quand il y avait Orlando Sà et Renaud Emond sur le terrain", a expliqué Pascal Scimè.

Un transfert en Chine est de plus en plus évoqué mais le départ du buteur portugais serait (actuellement ?) refusé par la direction liégeoise. Le mercato s'achève le 28 février en Chine et d'ici là, la situation pourrait évoluer.

Sur la sortie de Mpoku

Le dernier thème abordé a été celui concernant le remplacement de Paul-José Mpoku qui n'a pas caché sa déception. "J’étais étonné de le voir sortir, surtout à ce moment-là de la rencontre où Bruges revient à 1-1, a souligné Joachim Mununga. Quand on connait la justesse de Mpoku et ce qu’il peut apporter à l’effectif… Cela peut arriver une fois ou deux, mais quand cela arrive de manière récurrente, c’est que tu n’es pas un pilier du coach. Quand je vois sa sortie ce dimanche… il n’y a pas eu de conflit, mais on sent qu’il boude un peu et cela serait intéressant de savoir si cela ne couve pas quelque chose..."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK