Michel Preud'homme: « C'est le Standard qui fait son mercato, pas Mogi Bayat »

Michel Preud’Homme était forcément très satisfait après la convaincante victoire du Standard face au Club de Bruges de jeudi (2-0). Une victoire qui enterrait les derniers espoirs de l’ancien club de MPH. Pas de quoi pinailler pour le coach rouche, qui « fait son job », heureux du plan de bataille respecté par ses joueurs mais aussi de la mentalité et de l’abnégation affichées après l’exclusion de Fai à la demi-heure de jeu.

Le Standard a donc privé hier le club brugeois du titre ou de ses derniers espoirs de titre… « Comme Bruges nous a privé de victoire quand on est allé chez eux. On joue au foot. J’ai énormément d’amis à Bruges, un ami à Genk mais bon moi je travaille pour le Standard. Nous, on voulait essayer encore de croire à cette troisième place. Il fallait absolument gagner et espérer que l’Antwerp perde des plumes. C’est arrivé mais il reste un match. Un match difficile parce qu’on se rend respectivement chez le premier et chez le deuxième. »

La dernière rencontre du Standard se déroulera dimanche, face à Genk. Une équipe démobilisée ou justement prête à faire un match de gala ? « On ne sait jamais dans ces circonstances ce qui peut se passer. Ils vont être survoltés, champions, donc ça ne va pas être facile. Maintenant il y aura peut-être un peu de fatigue, un peu de relâchement, à nous d’en profiter. Je compte surtout sur Bruges pour faire le boulot, qu’il batte l’Antwerp. Et là on serait troisième. »

Une troisième place qui serait synonyme de qualification pour le troisième tour de l’Europa League (voir pour la phase de groupe si Malines venait à être exclu des compétitions européennes). Terminer en troisième position ne manquerait pas de saveur : « Et c’était l’objectif après la saison régulière où on était troisième, de maintenir cette troisième place. Les playoffs ce sont les montagnes russes. Il y a eu beaucoup de moments où les choses se mettaient mal pour nous. Mais aujourd’hui, ça a bien tourné. »

La saison n'est pas encore terminée qu'il est déjà temps de penser à construire l'équipe pour la prochaine. 

« On travaille, vous savez on est un club belge... on veut être le plus performant possible mais il faut que le club soit viable, d'abord. C'est la première chose pour pouvoir continuer à travailler. Si on a un budget en équilibre et qu'on a des possibilités, à nous d'essayer de ne pas faire d'erreurs dans notre recrutement. »

MPH explique: « Vous savez, on est un club belge. Ça veut dire qu'au départ on a un déficit, en début de saison. a un moment il faut vendre un joueur. Et si on peut bien les vendre, il faut essayer de récupérer et d'utiliser cet argent à bon escient. Vers des joueurs qui, un jour aussi partiront pour des grosses sommes. Malheureusement c'est la Belgique... »

Dans quelle mesure Mogi Bayat aura-t-il une influence sur le prochain mercato des Liégeois? « Mogi Bayat a un joueur au Standard. Il y a des agents qui en ont trois ou quatre. C'est le Standard qui fait son mercato, pas Mogi Bayat. Il est un manager comme tous les autres. Il fait le travail. Maintenant, s'il a beaucoup de joueurs dans son portefeuille, on ne peut pas dire non plus qu'on ne va jamais les prendre. S'il nous fait une meilleure offre pour un joueur, on doit négocier avec lui. C'est logique. S'il est capable de débloquer une situation pour un joueur qu'on veut, pourquoi ne travaillerait-on pas avec lui? On travaille avec tous les managers, tous les managers sérieux. Et il y en a beaucoup qui travaillent plus avec le Standard que Mogi Bayat. »

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK