Mehdi Bayat: "Un bon frère, un bon oncle et un bon beau-frère"

Mehdi Bayat
Mehdi Bayat - © YORICK JANSENS - BELGA

A l'issue de la victoire du Sporting de Charleroi contre Zulte Waregem (3-2 dans les arrêts de jeu), c'est un Mehdi Bayat soulagé qui s'est exprimé pour la première fois depuis le scandale du Footgate. Erik Libois lui a d'abord posé une question simple mais tellement pertinente : Comment vous allez ? "Je suis fatigué. J'ai eu une semaine extrêmement difficile et compliquée au niveau familial", explique l'administrateur-délégué de Charleroi. "Mais voilà, je suis le patron du Sporting de Charleroi, je ne suis pas au chômage technique, je suis présent. J'assume mes responsabilités et en même temps, j'essaie d'être un bon frère, un bon oncle et un bon beau-frère. C'est une période compliquée, beaucoup de personnes passent par ces épreuves là".

Au moment d'évoquer la situation de son frère Mogi, Mehdi Bayat répond avec retenue. "Je ne vais pas faire de commentaire sur tout ça. Je dis simplement que j'assume mes responsabilités du mieux que je peux".   

"Beaucoup d'émotion et de force pour continuer à me battre"

Dans le vestiaire, en avant-match, le coach Felice Mazzu a demandé à ses joueurs de jouer pour la famille Bayat. "Dans la vie, il y a le mécanisme professionnel et le mécanisme humain. Je ne suis pas là pour juger la situation dans laquelle se retrouve la famille Bayat, c'est un mécanisme professionnel. Je suis là pour gérer un groupe de sportifs, et là il y a un mécanisme humain qui rentre en ligne de compte. Mehdi Bayat fait partie de ma direction, et j'estime qu'au niveau humain c'est important de le soutenir. Il n'y a pas que le nom Bayat qui est en jeu, il y a aussi toute sa famille. Moi ça me peine. Effectivement, sur l'aspect humain j'ai demandé à ce qu'on fasse une prestation pour notre direction", explique Felice Mazzu. "Je ne suis pas dans le vestiaire au moment où Felice parle avec ses joueurs", répond Mehdi Bayat. "Mais en tout cas, le soutien que j'ai senti à la fin du match de la part du staff, des joueurs, de ma famille finalement, car le Sporting de Charleroi est une famille, tout ce soutien m'a donné beaucoup d'émotion et de force, pour justement continuer à me battre"

"Cette victoire me fait beaucoup de bien"

La patron du Sporting a également évoqué la situation de son club. "C'était très important pour nous de gagner ce match. Il fallait se relancer car on a fait un non-match au Cercle de Bruges alors qu'on était sur une bonne série. Ce succès nous permet de laisser Zulte Waregem loin derrière nous, très loin même. Et on se rapproche tout doucement de notre objectif qui est le Top 6. On va maintenant jouer des concurrents directs pour cette 6ème place : Gand, Saint-Trond et Ostende. C'est très bien, en gagnant en fin de match, on a retrouvé les valeurs de Charleroi. Le stade attendait que l'esprit carolo des quatre dernières années rejaillisse. Les changements du coach ont été payants. Ça prouve que Charleroi est là et que Felice Mazzu est toujours bien présent. Et cette victoire me fait évidemment à titre personnel beaucoup de bien"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK