Mehdi Bayat futur président de l'Union belge ?

Timmermans, Bayat et Allijns
Timmermans, Bayat et Allijns - © Belga Image

Le 22 juin prochain, on connaîtra le nom du futur président de la fédération belge de football. Et, en coulisses, les grandes manœuvres ont déjà commencé… Le seul candidat officiellement déclaré à la succession de Gérard Linard est Gilbert Timmermans, le président en fonction de la VV, l’aile flamande du foot amateur. Mais il ne pourra exercer qu’un demi-mandat puisqu’il aura 74 ans le 26 de ce mois… et serait donc atteint par la limite d’âge l’année suivante.

Côté francophone, le candidat du monde du foot amateur devrait être, sauf surprise, l’avocat herstalien Philippe Godin (fils de l’ancien président historique de l’A.S. Herstal quand elle évoluait au pré Wigy) qui a été président du comité national d’études (sorte de parlement de la fédération), membre du parquet fédéral de l’Union Belge pendant 15 ans et qui connait donc bien le sérail. Il est aussi connu dans les sphères politiques liégeoises puisqu’il est par ailleurs président de l’union socialiste communale d’Herstal.

Reste le candidat qui sera proposé et donc soutenu par la Ligue professionnelle. Et là, c’est toujours la bouteille à encre. Depuis la démission de son ami et allié Bart Verhaege, Mehdi Bayat se tâte. Il se verrait bien président de la Fédération sans pour autant négliger ses tâches quotidiennes au Sporting de Charleroi dont il est l’administrateur-délégué. Et le cadet des frères Bayat pourrait aussi lorgner vers la présidence de la commission technique, celle qui désigne, notamment, le coach de l’équipe nationale. A tout le moins, Mehdi Bayat sera membre du tout nouveau conseil d’administration de la Fédération composé de 12 membres (6 représentants du monde foot professionnel et 6 du foot amateur, trois par rôle linguistique) qui succédera au comité exécutif de 22 membres. Lequel, pour sa dernière séance historique, élira le nouveau président avant d’être dissous le 22 juin prochain. Mais deux autres candidats pourraient encore se déclarer dans les jours qui viennent.

On évoque avec insistance le nom de l’avocat Joseph Allijns, président de Courtrai et déjà candidat malheureux lors d’une précédente élection mais aussi de Mieke De Clercq, administratrice de Zulte-Waregem et du conseil d’administration de l’URBSFA et qui pourrait donc devenir, le cas échéant, la première présidente du football belge.

Le 22 juin prochain, l’Association de fait qu’est le comité exécutif disparaîtra donc et c’est une nouvelle formule de gouvernance et de management qui sera mise en place dans la maison de verre… quelques mois avant son déménagement vers Tubize. Peter Bossaert, le CEO de la Fédération, a déjà annoncé que le futur président n’aura plus qu’un rôle protocolaire. Une sorte de gouverneur de province pour déposer les chrysanthèmes ? Déclaration pour le moins étonnante puisque dans toute société, fût-elle structurée en ASBL (ce qui, étonnamment, restera le cas pour l’Union belge de football), le CEO qui dirige l’opérationnel au quotidien doit rendre des comptes à son conseil d’administration et, à fortiori, au président du C.A.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK