Mbaye Leye, nouveau coach du Standard : "On cherche un attaquant efficace"

Cinq jours après avoir été confirmé comme coach principal du Standard, Mbaye Leye s’est retrouvé pour la première fois face à la presse ce lundi.

L’annonce avait été faite mercredi dernier. Mbaye Leye, 38 ans, est donc de retour au Standard. L’ex-T2 de Michel Preud’homme revient à Sclessin par la grande porte. Il a signé un contrat comme entraîneur principal des "Rouches" jusqu’en fin de saison.

>> LIRE AUSSI : Portrait de Mbaye Leye : le serial buteur de Pro League au caractère bien trempé

C’est Alexandre Grosjean, Directeur Général du Standard, qui a pris la parole en début de conférence de presse pour justifier le choix de la Direction liégeoise "Dans notre short list, il restait Franky Vercauteren et Mbaye Leye. On a fixé trois objectifs, connaître le championnat, connaître le noyau et surtout avoir l’ADN du Standard de Liège. Vous aurez compris que Mbaye avait plus l’ADN du Standard que Franky".

Assis à milieu de la table lors de ce point presse, le nouveau coach a voulu partager son bonheur d’être de retour à Sclessin : "Je suis honoré, je suis heureux d’être au Standard de Liège comme je l’ai été quand j’étais joueur de foot ou entraîneur adjoint. Pour moi c’est un grand plaisir d’être dans ce grand club-là. Le but est de sortir le club de la situation actuelle".

Trouver un attaquant efficace… Exit Oulare et Avenatti

Mbaye Leye a d’emblée pointé les lacunes liégeoises : "On sait que le souci du Standard ce n’est pas la défense. Le souci c’est le manque d’efficacité offensive. Il faut trouver une solution et on a besoin d’un attaquant qui puisse marquer 15 à 20 buts par an".

Un message clair pour Obi Oulare et Felipe Avenatti qui ont été versés dans le noyau des U21 et qui ne semblent donc plus faire partie des plans du Standard pour la suite de la saison.

Un message confirmé par Alexandre Grosjean. "On doit prendre les mesures qui s’imposent quand des attaquants ne sont pas efficaces. On doit profiter du mercato pour trouver un attaquant et on ne peut pas se permettre d’en garder 5".

>>> A LIRE AUSSI Alexandre Grosjean répond aux critiques de Mpoku : "C'est un épiphénomène, ça ne m'affecte pas"

Redorer le blason malgré le manque du 12e homme

Le nouveau coach qui se définit comme "un enfant du Standard" veut redorer le blason du club. "Mon but est de redonner l’esprit Standard, que les joueurs soient fiers de porter la vareuse du club. Et je sais que le manque du 12e homme (ndlr : à cause de la crise liée au coronavirus) a joué sur les prestations du Standard".

Pas de leader dans le noyau

Pour l’ex-T2 de Michel Preud’homme le Standard n’a pas de véritable leader sur le terrain. "C’est un souci qu’on avait déjà l’an dernier. On ne peut pas demander à un joueur d’être un leader. C’est quelque chose d’inné. Et pour l’instant au Standard on n’a pas de leader capable de porter l’équipe".
 

Contrat "courte durée" de 6 mois

Mbaye Leye n’a signé qu’un contrat de 6 mois avec le Standard sans option d’éventuelle prolongation. Un choix voulu par le nouveau coach des Liégeois : "Quand on a parlé de la durée de mon contrat. On n’a pas parlé d’options. Moi j’ai dit que ce n’était pas important la durée. Pour moi les 6 mois qui arrivent sont importants mais je n’ai pas envie de parler de l’année prochaine. Dans la négociation j’ai mis l’accent sur l’envie de la direction de me voir au Standard. Je fonctionne comme quand j’étais joueur. J’avance pas à pas, match par match, et je ne me projette pas à long terme".

Pour le reste, Mbaye Leye ne souhaite pas commenter d’éventuels départs. Une chose est sûre le noyau du Standard, pléthorique, doit fondre d’autant plus que les Liégeois n’ont plus que le championnat et la coupe de Belgique. Le nouveau T1 du Standard va profiter d'un stage en Belgique pour préparer au plus vite les premières échéances. A savoir le match à domicile du Standard face à Waasland-Beveren, prévu le lundi 11 janvier. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK